Voyeurisme avec les plus belles filles du net

De belles et sexy amatrices se montrent nue en cam et publient des histoires porno

La visite

Vous étiez nerveux, vous discutiez avec Mark en ligne depuis des mois, mais c'était la première rencontre en personne. Vous avez remonté l'allée jusqu'à la maison, votre cœur battant fort dans votre poitrine à mesure que vous vous approchiez. Le billet de train et les instructions étaient arrivés il y a trois jours et vous aviez failli l'annuler à plusieurs reprises, mais vous aviez trouvé le courage de faire ce voyage.

"la porte sera ouverte" disait la lettre, et elle l'était. "il y aura d'autres instructions dans la première pièce à droite".

vous entrez dans la maison et fermez la porte derrière vous, en ouvrant la porte à droite vous trouvez un petit vestiaire, avec une douche et quelques sacs de courses. il y avait aussi une autre enveloppe bleue avec votre nom dessus. vous l'ouvrez en tremblant.

"n'hésitez pas à prendre une douche et à vous rafraîchir, puis à mettre les vêtements dans les sacs", disait la note. "mais à aucun moment vous ne pouvez jouer ou vous toucher sexuellement".

Vous vous douchez rapidement et vous vous séchez avec la grande serviette blanche fournie, puis vous plongez dans les sacs. il y avait des sous-vêtements dans l'un, et une robe dans l'autre. les sous-vêtements étaient blancs, une culotte, une culotte, des bas de contention et une paire de bottes blanches au genou, la robe était noire et longue, mais fendue des deux côtés jusqu'au niveau des cuisses et très décolletée. Dans le sac contenant la robe, il y avait aussi une petite boîte sur laquelle était écrit "Ouvrez-moi". Vous ouvrez la boîte et là, sur le velours, se trouvait un collier noir, avec une petite pierre rouge qui y était suspendue et une note dans la boîte vous disant de le porter.

vous vous habillez rapidement en sous-vêtements, en savourant la sensation de la matière douce contre votre peau. en regardant dans le miroir intégral qui recouvrait un mur du vestiaire, vous pensez que vous êtes belle. la basque a poussé vos seins vers le haut et a accentué votre décolleté. la culotte, où la dentelle et les bas sont presque transparents, donne l'impression que vos jambes sont longues et sexy. vous enfilez les bottes, elles n'ont pas un talon très haut, mais suffisamment pour que vos jambes paraissent encore plus longues. vous vous glissez dans la robe et vous attachez le collier autour de votre cou, puis vous vous regardez à nouveau dans le miroir.

"J'ai l'air si différent", vous ne chuchotez à personne.

ta chatte était déjà mouillée, et tes tétons durcissaient. Vous lisez alors la dernière partie de la note.

"une fois que vous êtes habillé et prêt, marchez jusqu'à la porte au bout du couloir et frappez", dit-elle.

Vous prenez une grande respiration et sortez du vestiaire, lentement dans les bottes que vous ne connaissez pas et vous descendez le long du couloir, en remarquant les photos sur le mur. Chacune était une femme différente, à différents niveaux de nudité, mais toutes avec des masques. Il y avait aussi des miroirs de chaque côté, ce qui vous donnait une vue parfaite de vous lorsque vous descendiez vers la porte.

"Bon sang, je ne me reconnais pas", murmuriez-vous doucement.

vous atteignez la porte et vous frappez.

"Entrez", dit une voix dont elle pensait que vous vous souveniez des appels téléphoniques.

Elle a poussé la porte et est entrée dans une pièce faiblement éclairée, chauffée par un grand feu de bois à une extrémité. Devant elle se trouvait un grand lit en laiton éclairé par un seul grand spot, le reste de la pièce était presque noir comme neige par rapport à la lumière vive au-dessus du lit.

"Bonjour", bredouillait-on.
"Il n'y aura pas de discussion, sauf si je vous pose une question", vous entendez Mark dire, vous êtes sûr que c'était lui.

Vous regardez autour de vous et vous voyez à une extrémité une chaise sur laquelle est assis un personnage, mais enveloppé dans l'obscurité, de sorte que vous ne pouvez pas voir plus qu'un contour. une petite table à côté du personnage avait une lampe tamisée et un verre, rien d'autre.

"Comment vous sentez-vous", demanda la voix.

"Nerveux", bégayiez-vous.

"Il n'y a pas de raison d'être nerveux", dit la voix.

Vous voulez demander si c'était Mark, mais vous saviez que ce n'était pas permis.

"Va te mettre à côté du lit," lui dit Mark, "et ensuite retourne-toi lentement pour que je puisse te voir correctement."

Vous vous dirigez vers le lit et vous vous tenez à côté de lui, en vous tournant lentement pour que Mark puisse vous voir de tous côtés.

"Tu as l'air délicieux", lui dit Mark. "Maintenant, je veux que tu t'assoies sur le lit et que tu mettes le bandeau qui est là."

Vous vous asseyez, et en prenant le bandeau, vous le placez sur vos yeux. À mesure que l'obscurité tombe, vous pouvez entendre davantage, le tic-tac d'une grande horloge, le craquement du feu. Tous vos autres sens semblent se développer lorsque vous sentez l'odeur du feu et que vous sentez le contact de vos sous-vêtements contre votre peau.

"Levez-vous", dit Mark.

Vous le faites, puis vous entendez un mouvement, puis des pas qui se rapprochent. Votre respiration s'accélère à mesure qu'ils s'approchent, et vous soufflez presque à haute voix lorsqu'une main touche la vôtre. Vous sentez des doigts caresser lentement la peau de votre bras, qui remontent de votre poignet, de votre avant-bras puis de votre épaule. Vous sentez Mark bouger derrière vous et vous sentez ses doigts remonter lentement le long de vos bras, chacun à son tour est caressé, puis des lèvres douces sur la nuque. Puis la présence disparaît, et les pas s'éloignent. Soudain, une musique sensuelle et lente se met à jouer.

"Danse pour moi", ordonne Mark.

Vous vous déplacez lentement sur la musique, sentant la robe et les sous-vêtements glisser sur votre peau désormais sensible, la chair de poule se dresser sur vos bras.

"Passez vos mains sur votre corps."

Vous obéissez, en passant vos mains sur vos cuisses et vos bras, en tirant la robe vers le haut et en exposant vos jambes habillées de bas pendant que vous le faites. Vos mains se promènent sur votre corps à temps pour la musique, sur votre ventre puis sur vos seins, en sentant la peau chaude sous vos doigts.

"très bien", dit Mark, "maintenant, enlevez lentement votre robe, mais continuez à danser"

Vous enlevez la robe en exposant vos seins qui se soulèvent, poussés vers le haut par le basque, puis vers le bas jusqu'à ce qu'elle tombe par terre. Vous en sortez, le corps toujours en mouvement au son de la musique, les mains courant sur vos cuisses joyeuses. Vous pouvez sentir les sucs de votre chatte humidifier la matière de votre culotte, et vous pouvez entendre le bl**d pomper dans vos oreilles alors que vous êtes de plus en plus excitée. Vous passez vos mains sur vos seins, les poussant vers le haut et les pressant à travers la matière douce du basque.

"Oh mon Dieu", vous pensez, "Je suis une vraie salope".

"Enlevez le basque", vous dit Mark.

Vous détachez lentement les crochets du dos, tout en continuant à bouger sensuellement au son de la musique, jusqu'à ce qu'il tombe enfin, révélant vos seins à l'air libre. Vos mamelons sont durs et dressés, et lorsque vous passez vos mains dessus, vous avez le souffle coupé par les sensations. Vous continuez à danser, les doigts courant sur votre peau, des sensations de picotements envoyant de petits chocs aigus jusqu'à votre cerveau. Vous déplacez vos mains plus bas, les faisant courir entre vos jambes et sur la peau douce de vos cuisses.

"Bon sang, c'est tellement sexy", vous vous dites.

"grimpez sur le lit" marquez les ordres.

vous grimpez sur le lit et vous vous agenouillez, toujours en caressant votre corps. vous ne pouvez plus vous en empêcher, vous laissez les sensations et la musique vous envahir alors que vous vous agenouillez en montrant sans vergogne vos atouts. vos doigts frottent sur la fine matière qui recouvre votre chatte humide et un souffle s'échappe de vos lèvres. votre chatte picote maintenant et vos lèvres se fendent alors que vous respirez fortement.

"votre chatte est-elle humide", demande Mark ?

"oui", tu halètes, "très".

"Continuez", dit Mark.

Vous tirez sur vos tétons, en les tordant doucement pour envoyer des chocs violents à travers votre corps. vous les soulevez et les léchez chacun à votre tour. vous n'avez jamais eu trop chaud, et vous êtes tellement salope que tout ce que vous voulez maintenant, c'est du plaisir. vous mettez une main dans votre culotte et passez un doigt sur votre chatte, sentant le jus qui s'écoule de vous.

"goûte-toi", marque des ordres, sa voix est maintenant rauque de luxure.

vous poussez votre doigt à l'intérieur de vous et vous l'aspirez dans votre bouche, en goûtant vos propres jus musqués, ce que vous n'avez jamais fait auparavant. Vous continuez à pincer et à serrer vos seins d'une main tout en suçant votre doigt. vous sentez quelque chose monter en vous et vous gémissez doucement. puis, soudain, un petit orgasme vous fait haleter à haute voix, et il y a une poussée d'humidité le long de vos cuisses. votre culotte est maintenant trempée par l'humidité de votre chatte, et vous repoussez vos doigts à l'intérieur, en les faisant courir sur vos lèvres de chatte maintenant béantes

"Très bien", murmure Mark, "maintenant, enlève ta culotte.

tu enlèves la culotte maintenant trempée et tu la jettes par terre.

"allongez-vous", dit l'ordre, "puis faites-vous plaisir".

Vous entendez des pas qui s'approchent alors que vous vous allongez sur le lit, vos mains occupées sur vos seins et vos mamelons. vous et gémissant plus fort maintenant, les doigts occupés sur votre peau. vous pouvez sentir la présence de Marks à côté du lit, mais cela vous rend encore plus chaud. vous poussez un doigt à l'intérieur de vous, puis deux, en déplaçant votre autre main pour commencer à frotter votre clitoris, sentant le petit bourgeon de plaisir, qui commence à gonfler sous eux.

"vas-tu jouir à nouveau", demande Mark.

"yessss", vous sifflez, alors que vos doigts entrent et sortent de votre chatte, vos hanches se cognant contre eux. Vos autres doigts et en frottant fort contre votre clitoris, et vous pouvez sentir l'orgasme se développer à nouveau en vous.

"plus vite"

Vous perdez toute inhibition, vous n'êtes plus qu'une petite salope qui fait plaisir à son maître. Vous enfoncez un troisième doigt à l'intérieur, vous remplissez votre chatte, vous êtes si mouillée qu'elle s'y glisse facilement. le jus s'écoule presque de vous, trempant le drap sous vous, mais vous ne vous en souciez plus, il n'y a plus que du plaisir. vous sentez l'orgasme monter, de plus en plus proche à mesure que vous vous éloignez de votre chatte. vos doigts sur votre clitoris tirent et frottent plus fort maintenant, votre corps se tordant à mesure que vos mamelons deviennent plus durs aussi.

Soudain, une main se pose sur vos seins, pince les tétons et vous pousse par-dessus le bord. Votre corps se cambre sous l'effet d'un énorme élan orgasmique, votre chatte se serre sur vos doigts et le jus coule dessus. Les mains sur vos seins vous poussent vers de nouveaux sommets de plaisir à mesure que vous sentez chaque spasme et secousse sur votre corps.

"ooooooooo mon DIEU", vous criez alors que vous vous effondrez, complètement épuisé, mouillé, tremblant et gémissant alors que votre corps se tortille dans les affres du plaisir de l'après orgasme.

"très bien", dit Mark, "maintenant reposez-vous un peu."