Voyeurisme avec les plus belles filles du net

De belles et sexy amatrices se montrent nue en cam et publient des histoires porno

Histoire porno - Jeune salope réalise tous les fantasmes

Mon jeune amant soumis n'a pas perdu de temps pour se mettre à genoux et envelopper mon phallus en plastique de sa bouche avide. Il avait déjà mis un DVD pour moi et j'ai appuyé sur le bouton de lecture pendant qu'il commençait à me caresser, en suçant comme il suçait. Lorsque "Strap-on Rugmunchers" a commencé à jouer, je me suis assise sur la chaise, appréciant la pression que sa main exerçait sur ma chatte. J'ai trouvé la seringue de sperme collecté qu'il avait posée sur la table. Je l'ai attachée au tube qui courait à l'intérieur de ma queue entièrement fonctionnelle et j'ai appuyé un peu sur le piston, laissant un petit filet s'échapper du temps.

Mon jeune amant soumis n'a pas perdu de temps pour se mettre à genoux et envelopper mon phallus en plastique de sa bouche avide. Il avait déjà mis un DVD pour moi et j'ai appuyé sur le bouton de lecture pendant qu'il commençait à me caresser, en suçant comme il suçait. Lorsque "Strap-on Rugmunchers" a commencé à jouer, je me suis assise sur la chaise, appréciant la pression que sa main exerçait sur ma chatte. J'ai trouvé la seringue de sperme collecté qu'il avait posée sur la table. Je l'ai attachée au tube qui courait à l'intérieur de ma queue entièrement fonctionnelle et j'ai appuyé un peu sur le piston, laissant un petit filet s'échapper du temps.

J'étais sur le point de quitter le travail jeudi dernier lorsque Jessica, une de mes collègues, m'a arrêtée.

"Ta cabine d'invités serait-elle disponible le week-end prochain ?". Elle a demandé.

En vérifiant le calendrier sur mon Blackberry, elle l'était.

"C'est disponible. Week-end chaud ?" J'ai posé la question.

"Juste pour moi. Maman a dit qu'elle prendrait les deux marmots pour le week-end, j'ai juste besoin de temps personnel et je ne veux pas rester à mon appartement."

"Eh bien alors, il sera tout à toi !"

Nous avons quitté le bureau ensemble et je me suis préparée pour l'heure de route qui nous ramène à la maison. J'ai appelé Carl et lui ai dit que Jessica voulait utiliser la cabine.

"Est-ce que je la connais ?" Il a demandé.

"Tu l'as peut-être rencontrée à la fête de Noël. Une grande rousse ?" J'ai répondu.

"Je suppose. Tu es sur le chemin du retour ?"

"Je serai là dans une heure !"

Quand je suis rentré, j'ai raconté à Carl qu'elle voulait juste sortir de Dodge pour le week-end et que sa mère avait ses deux enfants.

"Je vais m'assurer que tout est en ordre avant qu'elle n'arrive demain. Tu as rempli le réfrigérateur ?"

"Une bouteille de vin et quelques fruits seraient les bienvenus."

"C'est fait !"

Je savais que ce serait parfait pour son escapade.

Jessica et moi nous sommes retrouvées sur le parking le lendemain matin.

"Mon sac est dans la voiture et j'ai hâte de partir d'ici !" a-t-elle presque pleurniché.

"Encore neuf heures et ensuite tu as tout le week-end !"

Le temps a passé rapidement car les vendredis sont toujours fous. Il semblait qu'aucun temps ne s'était écoulé avant que nous ne soyons sortis par la porte.

En montant dans sa voiture, elle a crié "Je te suivrai !".

J'ai ri et lui ai répondu en hurlant "Bonne chance !" en quittant le parking.

J'ai dû conduire plus lentement que d'habitude pour qu'elle puisse suivre. Il m'a fallu quinze minutes de plus pour rentrer à la maison. Carl était assis sur le porche lorsque nous sommes entrés.

"Quelqu'un veut un cocktail ?" a-t-il demandé avec un grand sourire.

Jessica et moi avons accepté sans hésiter.

"Tu veux vérifier ton logement pendant qu'il nous prépare un verre".

"Absolument ! J'ai hâte de le voir"

"J'ai préparé des pâtes et je prévois de mettre quelque chose sur le grill bientôt... si tu veux te joindre à nous". Carl a demandé en sortant la tête de la porte.

"Avec plaisir !" Jessica a répondu.

Nous avons marché jusqu'à la cabine et en tournant le coin de la terrasse, elle a vu le jacuzzi.

"Je sais où je vais commencer mon week-end !"

"Pas de meilleure façon d'oublier la semaine !" J'ai dit.

Lorsque nous sommes entrés dans la cabine, elle est restée bouche bée devant tout. Ses yeux allaient du sol au plafond et elle a fait un énorme sourire.

"Je pourrais entrer là-dedans !" a-t-elle pétillé. "C'est trop cool !"

Après lui avoir montré où tout se trouvait, nous avons fait la courte marche pour rentrer à la maison. Carl avait des boissons qui nous attendaient, et après avoir terminé la première, nous nous sommes rendus sur la terrasse arrière et il nous a apporté le dîner. Comme toujours, c'était délicieux.

"Je peux le ramener à la maison avec moi ?" Jessica a demandé.

"Je dois le garder ici parce que je ne sais pas cuisiner !"

Nous avons tous ri et avons commencé à débarrasser la table, en emportant les plats à l'intérieur.

"Si ça ne vous dérange pas, je pense que je vais me retirer dans mon petit nid !" a-t-elle dit avec un petit clin d'œil.

"Nous comprenons !" J'ai répondu en lui rendant son clin d'œil. "Si tu as besoin de quelque chose, crie."

En descendant les marches, elle s'est retournée et m'a lancé un grand "Merci".

Je suis retournée dans la cuisine où Carl finissait de nettoyer.

"N'oublie pas.... c'est la soirée des esclaves, et c'est toi l'esclave !". Je lui ai dit en serrant son entrejambe.

"Je savais que tu ne me laisserais pas oublier !"

Je suis allée dans la chambre et je me suis changée pour enfiler mon déshabillé en cuir noir avec cette méchante bite de 8 pouces attachée. J'ai enfilé un peignoir par-dessus, laissant la bite pendre alors que je marchais dans le salon.

"Tu vois quelque chose que tu aimerais manger ?" J'ai demandé timidement.

Il n'a pas perdu de temps pour se mettre à genoux et envelopper mon phallus de sa bouche avide. Il avait déjà mis un DVD pour moi et j'ai appuyé sur le bouton de lecture pendant qu'il commençait à me caresser, en suçant comme il suçait. Lorsque "Strap-on Rugmunchers" a commencé à jouer, je me suis assise sur la chaise, appréciant la pression que sa main exerçait sur mon monticule. J'ai trouvé la seringue de sperme collecté qu'il avait posée sur la table. Je l'ai attachée au tube qui courait à l'intérieur de ma queue entièrement fonctionnelle et j'ai appuyé un peu sur le piston, laissant un petit filet s'échapper du temps.

Un gémissement étouffé s'est échappé de ses lèvres alors qu'il avalait la minuscule gouttelette.

"C'est assez pour maintenant !" J'ai chuchoté. "Je ne veux pas jouir encore."

Je savais que ça ne prendrait pas longtemps de toute façon, aussi prête que je l'étais pendant que nous attendions le départ de Jessica. J'ai introduit un doigt dans la jambe de mon teddy et j'ai senti la moiteur de ma chatte bien lubrifiée.

J'ai porté le doigt à mes lèvres et l'ai sucé doucement. C'était très collant et presque sucré. En replongeant, je l'ai ensuite offert à Carl, faisant glisser mon doigt le long de ma queue et dans sa bouche.

Un autre gémissement lui a échappé alors qu'il suçait les deux. Je l'ai récompensé avec une autre petite giclée pour la bite en caoutchouc. Cela l'a poussé à commencer à me sucer plus fort pendant qu'il me branlait dans sa bouche.

"Éjacule dans ma bouche !" gazouillait-il encore et encore. "Jouis dans ma bouche ! puleeeeze !"

Ça a marché ! Alors que mon vagin commençait à se contracter de façon rythmique, j'ai commencé à pousser par intermittence le piston de la seringue, faisant jaillir jet après jet de sperme dans la bouche suceuse de Carl. J'ai poussé ma queue aussi fort dans son visage que possible, fantasmant que c'était une vraie queue pendant que je pulsais dans son visage.

À peine avais-je déchargé environ quatre bites de sperme dans sa gorge que la sonnette de la porte a retenti. Nous avons tous les deux failli être désarçonnés. Il m'a regardé pendant que je me dépêchais d'enfiler mon peignoir, détachant la bite et la mettant dans ma poche. Carl a remis son pantalon et a éteint le DVD.

Je suis allé à la porte et Jessica était là. Je l'ai ouverte et elle est entrée.

"Je déteste te déranger, mais je voulais prendre un film PPV et ça ne m'a pas laissé faire." Elle a dit avec un sourire penaud.

"Nous devons alors commander à partir de notre télévision". J'ai dit. "Entre !"

"Je ne te dérange pas, n'est-ce pas ?"

"Pas du tout. Nous regardions juste la télé !" J'ai dit avec une sincérité totale.

Elle m'a suivie dans le salon où Carl regardait maintenant des programmes réguliers.

"Tu veux un Cosmo ?"

"Tords-moi le bras !" dit-elle en riant.

"Sois un bon garçon et fais-nous en un, pendant que je commande un film à Jessica !"

Carl est parti pour aller au bar nous préparer une boisson et Jessica m'a rejoint sur le canapé.

Je suis allé vers l'écran PPV et j'ai demandé. "Qu'est-ce qui te fait plaisir ?"

Avec un peu d'hésitation, elle a dit en chuchotant : "C'est le bloc sur les chaînes pour adultes, quatre heures et sept chaînes." Elle est maintenant devenue d'un rouge très profond.

"Ça fait longtemps ?"

"Depuis toujours ! J'ai besoin d'une bonne stimulation visuelle et j'ai pensé que je pourrais regarder un peu de peau !" Elle a encore rougi.

"Tu vas voir plus qu'un peu de peau !" J'ai dit "C'est du hardcore !"

"Eh bien, je n'en ai jamais vu, mais à quel point cela peut-il être mauvais ?"

"Ce n'est pas mauvais, juste explicite !"

Carl est revenu dans la pièce avec nos boissons et nous les avons acceptées avec avidité. Il s'est assis de nouveau dans son fauteuil avec un verre de vin et a basculé la télévision sur la chaîne qu'il regardait.

"Puisque Jessica avait admis qu'elle était d'humeur à s'aimer un peu, j'ai décidé de voir où je pourrais la mener.

"Tu veux voir un aperçu ?"

Je pensais qu'elle allait renverser son Cosmo. Elle a de nouveau rougi et a juste hoché la tête d'un faible 'oui'.

"S'il te plaît, remets le film en marche."

Carl m'a regardé avec un petit sourire et a appuyé sur play. Le film a commencé là où nous l'avions laissé, avec une jeune femme à genoux devant une autre, s'empalant la bouche sur la gode-ceinture harnachée à l'autre. Les yeux de Jessica se sont agrandis tandis qu'elle fixait l'écran. Elle a pris une gorgée de son Cosmo et s'est un peu léché les lèvres.

"C'est ce que tu avais en tête ?" J'ai demandé.

Elle s'est un peu tortillée et, en prenant un autre verre, a dit "C'est un peu surchargé, mais ça va marcher !".

Je pouvais voir qu'elle appréciait l'action sur l'écran et j'ai décidé de prendre un risque. J'ai sorti ma queue en caoutchouc de mon peignoir et l'ai attachée à mon teddy pendant qu'elle regardait toujours l'écran.

Je me suis ensuite levé et j'ai demandé : "Tu veux un peu de ça ?" en ouvrant le peignoir.

Ses yeux se sont agrandis et elle a failli s'étouffer avec sa boisson.

"Tu n'es pas obligée de retourner à la cabine, si tu veux te joindre à nous ici". J'ai dit avec un sourire.

Elle a hésité un moment, puis a simplement glissé du canapé et est tombée à genoux devant moi, attrapant la bite et s'en empalant la bouche d'un seul geste. Elle l'a sucé avec ferveur, faisant courir sa main de haut en bas de la tige pendant qu'elle l'engouffrait.

Elle a gémi bruyamment en continuant à sucer désespérément ma queue en caoutchouc. Carl s'est levé de sa chaise et est allé dans la cuisine. Je savais ce qu'il cherchait. J'avais une surprise pour lui !

Lorsque j'ai retiré ma bite de la bouche de Jessica, elle a un peu gémi. Je me suis rassis sur le canapé et l'ai laissée à genoux sur le sol. Ses yeux sont retournés au film sur l'écran, puis à ma bite qui sortait tout droit de mon teddy.

J'ai enlevé mon peignoir et je l'ai laissée regarder la façon dont il recouvrait mon corps enseigné, mes tétons durs et dépassant presque du tissu recouvrant mes seins.

"Regarde le film, j'ai des affaires à régler". Je lui ai dit gentiment.

Elle a essayé de s'asseoir par terre, mais je l'ai tirée en arrière pour qu'elle se mette à genoux devant moi. J'ai fait glisser mes mains sur l'arrière de sa petite robe de soleil et j'ai exposé sa culotte en coton blanc. Le tissu était serré contre ses lèvres et une tache humide s'était formée. J'ai légèrement frotté mon doigt contre elle, poussant le tissu un peu plus serré contre ses lèvres.

Un autre gémissement profond s'est échappé d'elle alors que je commençais à frotter lentement sa fente de haut en bas et inversement. Elle a repoussé un peu et j'ai enfoncé mes doigts et sa culotte un peu plus profondément en elle, provoquant une expansion notable du point humide.

Assez de taquinerie, ai-je pensé, et j'ai baissé la main et tiré sa culotte jusqu'à ses genoux. En la regardant, l'entrejambe était couvert de sa lubrification. J'ai ramené mes doigts vers sa région génitale maintenant exposée. Sa touffe auburn était pleine et une humidité collante et scintillante était partout. J'ai lentement fait courir un doigt le long de sa fente, écartant doucement ses lèvres noircies, exposant son canal vaginal. Elle a repoussé mon doigt et j'en ai glissé trois facilement à l'intérieur.

Je les ai fait tourner un peu, au plus profond d'elle, puis je les ai fait glisser lentement vers l'extérieur. De longues mèches de son jus se sont accrochées à mes doigts alors que je les extrayais d'elle. Elle était vraiment humide !

J'ai porté ma main à mon visage et j'ai inhalé son arôme féminin et gémi un peu avant de les aspirer dans ma bouche, la goûtant pour la première fois. Son jus sucré et acidulé est resté collé à mon palais pendant que je la savourais. Alors que je suçais mes doigts, elle s'est tournée vers moi et ses yeux ont semblé se retourner alors qu'elle perdait toute inhibition qu'elle aurait pu avoir.

"Baise-moi !" a-t-elle imploré.

Ne voulant pas la faire attendre plus longtemps, je me suis mis derrière elle et j'ai placé le bout de ma bite en caoutchouc à son entrée. Elle a repoussé contre moi et son vagin m'a inhalé. J'ai commencé à la caresser lentement, me retirant complètement avant de glisser à nouveau dans son trou. Ma bite scintillait de ses jus chaque fois que je me retirais. J'ai commencé un rythme lent et elle a suivi le mouvement, tout en continuant à regarder les deux filles s'affronter sur le grand écran.

Carl s'est faufilé et a apporté une autre seringue pour que je l'attache à la bite. Une fois qu'elle était attachée, je n'avais plus qu'à attendre Jessica.

Je n'ai pas eu longtemps à attendre. Elle a commencé à se cogner plus fort contre moi, me forçant à m'enfoncer plus profondément en elle alors que je plongeais la bite en caoutchouc jusqu'aux couilles. Sa robe d'été était trempée de sueur dans le dos alors qu'elle commençait à perdre le contrôle.

"Jouis avec moi, jouis avec moi, jouis avec moi !" a-t-elle gémi encore et encore.

Alors je l'ai fait. D'abord une petite giclée, puis une autre et une autre jusqu'à ce que j'aie vidé la seringue en elle. Elle s'est violemment secouée et s'est repliée plus fort contre moi alors qu'elle passait par-dessus bord dans ce qu'on ne peut décrire que comme une explosion.

Je l'ai tenue serrée contre moi, toujours enfouie en elle, alors qu'elle reprenait lentement ses esprits.

Elle s'est mise à rire un peu et a juste secoué la tête en gloussant un peu "J'en avais besoin ! Méchamment !" Elle ne s'était toujours pas retournée pour me faire face.

Quand elle l'a enfin fait, elle a juste fait un petit sourire et a demandé "Tu as..... ?". Je ne l'ai pas laissée finir mais j'ai juste ri et dit "Je t'ai remplie !".

Un regard perplexe s'est répandu sur son visage. "Qu'est-ce que tu veux dire ?"

"Je t'ai remplie de sperme !" J'ai répondu en lui montrant la seringue vide.

"Oh mon Dieu ! J'ai cru sentir cette bite gicler en moi !"

"Ne t'inquiète pas ! Carl va te nettoyer !"

Cela a attiré un autre regard interrogateur de Jessica.

"C'est la soirée des esclaves, et c'est au tour de Carl d'être mon esclave ! Maintenant, c'est notre esclave !" J'ai annoncé. "Il doit nous servir avec tout ce que nous avons besoin.....ou voulons ! Pour l'instant, je veux qu'il te nettoie !"

Carl s'est mis à terre sous moi, où j'étais toujours profondément enfoui dans Jessica. Je me suis lentement retiré d'elle et j'ai laissé ma queue tomber dans sa bouche. Il l'a sucé proprement et je me suis ensuite remis sur le canapé pour regarder.

"Force un peu le sperme à sortir.... juste un peu !"

J'ai pu voir Jessica serrer légèrement ses abdominaux et un filet de sperme est tombé de ses lèvres entrouvertes dans la bouche de Carl.

Elle m'a regardé avec un regard "comment c'est".

"Il est tout à toi !"

Elle a tendu le bras en arrière et a inséré un doigt dans son entaille dégoulinante et en a fait sortir un peu plus. En fermant les yeux, elle a commencé à faire glisser son doigt profondément à l'intérieur et a forcé davantage dans la bouche de Carl qui attendait. Elle dégoulinait maintenant en un jet régulier, des gouttes de sperme tombaient sur la langue de Carl et il les avalait au fur et à mesure qu'elles tombaient, la bouche ouverte et en redemandant.

D'après l'expression du visage de Jessica, je pouvais dire qu'elle allait bientôt avoir un autre orgasme. Elle a arrêté de doigter son trou et a commencé à frotter son clitoris. Ses fesses se balançaient en rythme avec son doigt tourbillonnant. Elle s'est bientôt raidie et a serré son clito entre ses lèvres avec son pouce et son index. Une grosse boule de sperme s'est échappée d'elle et a atterri sur la langue de Carl alors qu'elle entrait dans les méandres de l'orgasme. Ses fesses ont eu des spasmes et elle a tremblé en vidant son vagin du reste du sperme. Carl a levé un peu la tête et a donné un long coup de langue à sa fente, la faisant frémir une fois de plus lorsqu'elle a terminé.

"Putain, c'était génial", c'est tout ce qu'elle a pu murmurer.

"Ça avait l'air chaud !" J'ai commenté.

Carl s'est glissé de dessous elle et est allé prendre sa place dans le fauteuil.

"Tous ces Cosmos........" J'ai dit avec un sourire narquois, "Je dois faire pipi !".

"Moi aussi !" dit Jessica.

Carl est redescendu de sa chaise et s'est à nouveau allongé sur le sol. Il savait ce qu'il fallait faire.

"J'ai écarté l'entrejambe de mon teddy, m'exposant complètement et me suis tenue au-dessus de lui.

J'ai regardé Jessica et me suis agenouillée au-dessus du visage de Carl et lui ai fait un clin d'œil. Écartant mes lèvres avec mes doigts, je me suis tenue au-dessus de sa bouche ouverte et j'ai tiré un peu vers le bas, laissant jaillir une giclée. La bouche de Carl était parfaitement positionnée pour l'attraper et j'ai donc commencé à y relâcher avec force un jet doré. J'ai vidé ma vessie pendant que Carl avalait tout ce que j'avais à offrir. Quand j'ai eu fini, il a donné un long coup de langue à ma fente comme pour me dire qu'il avait terminé.

Jessica était toujours assise, le regard perdu dans les phares, ne sachant pas si elle venait de voir ce que j'avais fait.

"Ton tour !" Je lui ai dit.

"Je ne pourrais pas !" a-t-elle dit comme si elle était un peu gênée.

"Bien sûr que tu peux, il adore ça ! En fait, moi aussi !" J'ai ajouté. "Juste un peu d'eau salée ! Mais...... si chaude !"

"Je ne pense vraiment pas que je puisse !" a-t-elle plaidé.

"Laisse-moi t'aider !" J'ai dit.

Je me suis assis par terre à côté d'elle et j'ai tiré sa robe par-dessus sa tête. Ses seins étaient surmontés de gros tétons qui ressortaient assez fièrement. Je me suis penché et en ai aspiré un dans ma bouche, la soignant pendant que je caressais l'autre avec ma main, tordant son téton chaque fois que mes doigts passaient dessus.

Elle a basculé sa tête en arrière et a poussé un long soupir. "Mmmmm ça fait du bien !" a-t-elle gémi.

J'ai bientôt porté mon attention sur une autre zone, faisant glisser ma main le long de son ventre jusqu'à son monticule. J'ai commencé à le masser doucement, provoquant un autre gémissement qui s'est échappé de ses lèvres. Elle a poussé en avant dans ma main et j'ai écarté ses lèvres avec deux doigts, laissant apparaître son intérieur rose. J'ai commencé à caresser ses lèvres de haut en bas, provoquant une friction contre son clitoris maintenant gonflé, ce qui l'a fait lubrifier abondamment. En dessous de moi, je pouvais voir la tête de Carl, bouche ouverte, attendant qu'elle libère un flot dans sa bouche.

J'ai approché mon visage de sa tête et lui ai chuchoté à l'oreille : "Fais pipi pour moi Jessica. Fais pipi dans sa bouche ! Tu peux le faire ! Fais pipi pour moi !"

Un long gémissement grave s'est échappé de ses lèvres et j'ai senti son plancher pelvien se contracter. La bouche de Carl est remontée et s'est verrouillée sur ses lèvres alors qu'elle relâchait dans sa gorge. Je l'ai sentie se crisper puis s'écraser contre lui, le remplissant de son nectar chaud.

"Oh mon Dieu !" Elle a gémi, "Je vais encore jouir !"

J'ai senti tous les muscles de son corps se tendre alors qu'elle était prise d'un énorme orgasme. De la sueur semblait couler d'elle alors qu'elle attrapait la tête de Carl et la maintenait fermement contre son entrejambe.

Lorsqu'elle a finalement relâché sa prise sur lui, elle était épuisée. Elle a failli s'effondrer sur le sol, mais s'est rattrapée d'une main avant de tomber à la renverse.

Elle m'a lancé un regard d'incrédulité et a ri.

"Alors, comment c'était ?" J'ai demandé, connaissant parfaitement la réponse.

"Je n'ai jamais eu un tel orgasme de toute ma vie ! Même pas proche !"

"Eh bien, le mien était bon, mais il m'a laissé en vouloir plus !". J'ai déclaré. "Quelqu'un est intéressé par un petit soixante-neuf entre filles ?" J'ai ajouté en regardant Jessica assise sur le sol.

Un autre regard choqué sur son visage m'a dit qu'elle n'avait jamais connu cela non plus. J'ai décidé de prendre l'affaire en main. Je me suis levé et j'ai lentement enlevé mon teddy, lui révélant tout mon corps. Debout devant elle, j'ai lentement inséré deux doigts dans mon vagin trempé. La lubrification collante provenant des profondeurs de mon corps scintillait sur mes doigts lorsque je les ai portés à ma bouche et que j'ai commencé à les sucer.

Pendant tout ce temps, je l'ai observée à la recherche d'une réaction. Ses yeux étaient rivés sur mon monticule nu et elle s'est un peu léchée les lèvres et a dégluti quand j'ai senti un petit filet d'humidité s'échapper de mon trou maintenant légèrement béant. Je me suis rapprochée et j'ai tenu mon sexe exposé à quelques centimètres de son visage. Insérant mes doigts une fois de plus, sentant la lubrification abondante à l'intérieur, je les ai retirés lentement, puis les lui ai offerts.

Jessica a timidement léché le bout d'un doigt, puis sans plus d'hésitation, a aspiré mes doigts gluants dans sa bouche, léchant et suçant tous mes fluides féminins.

Je me suis mis par terre devant elle et l'ai poussée sur le dos. Je me suis retournée pour que ma fente fumante soit au-dessus de son visage et j'ai baissé la tête vers son monticule poilu. Sans même utiliser mes doigts, j'ai écarté ses lèvres avec ma langue et lui ai donné un long coup de langue. Un flot continu de lubrifiant a coulé du fond de sa voûte.

Elle a arqué son bassin en forçant ma langue à pénétrer plus profondément. J'ai continué à la lécher doucement en forçant ma langue toujours plus loin dans son canal. En gardant toujours mon entrejambe à une bonne distance de son visage, j'ai lentement fait tournoyer mes hanches comme si je broyais dans sa bouche. J'entendais faiblement des petits miaulements alors qu'elle commençait à se cogner plus fort contre ma bouche, qui enveloppait maintenant ses lèvres. Ma langue a continué à tourbillonner à l'intérieur d'elle, frottant les parois de son vagin dans ma tentative de la faire jouir. Comme je savais qu'elle n'avait jamais fait ça auparavant, j'ai pensé qu'elle pourrait décider quand elle serait prête à me goûter directement.

J'étais déjà proche de l'orgasme, rien qu'en la suçant, que je savais qu'au moment où elle me toucherait avec sa langue, j'exploserais.

Elle a commencé à se cogner encore plus fort contre mon visage et je pouvais sentir ses muscles se contracter alors qu'elle approchait d'un autre orgasme. Soudain, elle m'a tiré vers son visage et a enfoncé sa langue profondément en moi. Ses parois vaginales ont commencé une contraction rythmique et elle s'est serrée contre mon visage, spasmant dans ma bouche. C'est tout ce qu'il m'a fallu, à moi aussi, et je me suis serré contre son visage en ayant des spasmes encore et encore. J'ai perdu le compte du nombre de fois où j'ai joui avec ma chatte collée à sa bouche, mais elle faisait de même avec moi.

Quand son vagin a finalement cessé de se contracter, j'ai libéré mes lèvres d'elle et j'ai lentement glissé mon visage vers le sol. Je suis resté allongé, haletant, ma langue léchant toujours sa cuisse, tandis que nous nous détendions tous les deux.

Je me suis lentement levé et j'ai tendu mon verre de martini à Carl.

Avec un autre sourire diabolique, j'ai dit : "Tu as été un bon garçon, alors tu peux remplir mon verre !".

Il s'est levé de la chaise et s'est mis à côté de moi, sa queue violette, dressée devant lui. La jeune salope s'est levée sur un coude et s'est tournée pour nous regarder.

J'ai tenu le verre sous sa bite pendant qu'il se caressait lentement. Une grosse goutte de pré-cum scintillait sur le bout. Avec ma main libre, j'ai lubrifié un doigt dans mon vagin encore dégoulinant, puis je l'ai lentement glissé dans son cul.

Faisant un clin d'œil à Jessica, j'ai dit sournoisement "Regarde bien !".

Elle s'est approchée un peu plus et j'ai regardé pendant que je commençais à masser la prostate de Carl. Du liquide a commencé à couler de l'extrémité de sa queue palpitante presque immédiatement. Le fluide laiteux a commencé à s'accumuler et a lentement commencé à former une piscine au fond du verre.

Des gémissements se sont échappés des lèvres de Carl pendant que je continuais mon massage. J'ai regardé Jessica et lui ai demandé : "Combien dois-je collecter ?".

"Combien peux-tu prélever ?"

"Environ vingt cc si je continue à le masser ! C'est sûr que c'est beaucoup plus que les trois ou plus dans un sperme. Fais-le jouir sans jouir !"

"Ce n'est pas drôle !" ajoute Carl.

"Tu te plains ?" J'ai demandé avec malice.

"Pas du tout !"

"Je m'en doutais !"

Jessica a un peu ri et a dit : "Il aime vraiment ça !".

J'ai continué à le masser jusqu'à ce que je sois satisfaite de mon effort. Le verre était rempli à environ un quart. Le sperme blanc et collant recouvrait les parois et formait une grande flaque au fond. J'ai lentement retiré mon doigt du cul de Carl, ce qui lui a fait lâcher un petit gémissement. Sa queue était encore engorgée et violette. Il allait devoir attendre que nous soyons complètement satisfaits avant d'obtenir sa libération. Il connaissait la marche à suivre.

J'ai dit à Carl de nous préparer deux autres Cosmo pendant que nous décidions de ce que nous allions faire du verre de sperme partiellement rempli dans ma main. Il a consciencieusement quitté la pièce et est allé nous préparer chacun un autre verre.

"En faisant tournoyer le verre, j'ai demandé : "Que devons-nous faire avec ça ?".

"Tu vas le lui faire boire, n'est-ce pas ?" Jessica a demandé.

"Non.... tu vas le faire !"

Alors que je lui tendais le verre, Carl est rentré dans le salon, un Cosmo dans chaque main.

"Les boissons sont servies !" a-t-il dit en nous en tendant une à chacun.

"Oui, ils le sont !" dit Jessica en faisant tournoyer son verre de sperme. "Oui, ils le sont !"

Carl a eu un léger sourire en anticipant ce qu'elle allait demander.

"Puis-je avoir le mien ?" a-t-il demandé.

"Je n'ai pas encore décidé comment je veux que tu le consommes !" dit-elle timidement.

Elle a posé le verre sur le sol et a mis son doigt dedans, remuant le contenu sous le regard de Carl et moi. Elle a ensuite amené le doigt jusqu'à son sein gauche et a fait le tour de son téton, laissant une trace autour de celui-ci avant d'y déposer une goutte sur son téton maintenant dur comme de la pierre. Trempant à nouveau son doigt, elle a tracé l'autre téton de la même façon, puis a baissé les yeux pour admirer son travail. Elle a ensuite bu un verre de son Cosmo et l'a posé sur le sol.

Regardant Carl droit dans les yeux, elle a porté un sein à sa bouche et a fait tournoyer sa langue autour du téton avant de l'aspirer dans sa bouche. Elle ne semblait plus avoir d'inhibitions quant à nos petits jeux de fête.

J'ai regardé la bite de Carl tressaillir un peu pendant qu'elle suçait son autre téton, léchant toute trace de sperme qui avait séché sur ses seins.

"Tu en veux ?" lui a-t-elle demandé avec un sourire diabolique.

Elle a ensuite versé une flaque de la bouillie collante dans son nombril.

"C'est tout à toi !" a-t-elle dit en riant.

Carl s'est agenouillé et a placé sa bouche sur son ventre. En une succion, il avait nettoyé tout le sperme de son nombril.

En levant la tête, il lui a lancé ce regard "plus ?".

Jessica a ensuite versé le reste sur ses poils pubiens et les a frottés, ce qui a rendu son buisson déjà humide encore plus mouillé. Carl a baissé la tête une fois de plus et a commencé à sucer la bouillie scintillante de son pubis épais. Elle a attrapé sa tête et l'a maintenu fermement contre elle, le forçant à sucer ses poils collants presque à sec.

Satisfaite qu'il ait fait son travail, elle a relâché sa prise sur lui et l'a laissé se relever.

"Sur le dos !" a-t-elle ordonné. "J'ai encore envie de faire pipi !". Puis elle a ajouté "Je n'arrive pas à croire que je viens de dire ça !".

Carl a fait ce qu'on lui a dit et Jessica s'est levée et s'est accroupie au-dessus de son visage. En écartant ses lèvres, elle a commencé à faire couler son urine dans la bouche ouverte de Carl. Elle l'a observé de près et a commencé à uriner avec force dans sa bouche lorsqu'elle était satisfaite d'avoir atteint sa cible.

J'ai regardé attentivement pendant qu'elle se vidait dans la gorge de Carl. Je savais que je serais le prochain.

Quand elle a eu fini, elle a donné un petit frisson et s'est levée, permettant à Carl de se lever de son dos.

Avant que je puisse me lever et le repousser, elle avait pris sa place.

Elle s'est allongée et a ouvert la bouche, puis elle m'a montré du doigt et a dit "À toi !".

J'étais encore un peu choqué qu'elle veuille que je le fasse, mais elle était totalement hors de contrôle.

Ne voulant pas laisser passer l'occasion, je me suis agenouillé au-dessus de son visage et me suis écarté. Je l'ai regardée m'examiner de près et positionner sa bouche sous mon urètre. Elle l'a léché un peu alors que je commençais à faire gicler un peu de pipi dans sa bouche. Elle a avalé avec avidité, alors j'ai commencé à me vider. Elle m'a tiré vers le bas sur sa bouche alors que je laissais un jet puissant couler en elle. Elle a maintenu une aspiration régulière sur moi jusqu'à ce que je sois complètement vidé.

J'ai presque joui de la force de sa bouche qui me recouvrait complètement.

J'ai lentement balancé une jambe au-dessus de sa tête et me suis éloigné de son visage.

"Suivant ?" a-t-elle demandé.

J'ai regardé Carl d'un air perplexe. Je ne l'avais jamais laissé faire pipi dans ma bouche et il n'avait jamais manifesté d'intérêt.

J'ai juste haussé les épaules et dit "Vas-y !".

Carl s'est agenouillé au-dessus de sa poitrine et a tenu sa bite semi-érectée dans une main. La jeune salope a ouvert grand la bouche et l'a pointé du doigt. Au bout de quelques instants, une giclée d'urine est sortie de l'extrémité de la bite de Carl et a commencé un jet régulier. Il l'a gardé dirigé dans la bouche de Jessica et elle a avalé et avalé, sans jamais fermer la bouche, et sans renverser une goutte.

Quand Carl a eu fini, Jessica s'est juste essuyé un peu les lèvres et a laissé échapper une petite éructation.

"Je suis pleine ou maintenant !" dit-elle en riant.

"Allons dans le jacuzzi !" J'ai suggéré. "Nous avons tous besoin d'un petit bain !"

Je me suis levée et elles m'ont toutes les deux suivie jusqu'à la baignoire et sont montées dedans.

Après s'être détendue pendant plusieurs minutes, Jessica a enfin parlé. "C'était incroyable ! J'ai fait plus de sexe ces dernières heures que dans toute ma vie !".

"Tu veux en faire plus ?" fut ma réponse.

Elle a ri un peu et a dit "Essaie de m'arrêter !".

"Eh bien, la première chose à faire est de se débarrasser de ta touffe ! Tu as une si jolie chatte ; c'est dommage de ne pas pouvoir mieux la voir."

"Eh bien.... si tu insistes !"

"Allons le faire, sans utiliser de rasoir ! J'ai un truc qui va tout enlever. Pas d'irritation, et totalement lisse."

Nous sommes sortis de la baignoire et sommes rentrés dans la maison. Je me suis arrêté dans la salle de bain et j'ai pris mes fournitures. J'ai mélangé suffisamment pour faire le travail et je suis retournée dans le salon, la serviette à la main.

"Allonge-toi et écarte les jambes !" J'ai ordonné. "Ça ne fera pas mal du tout !"

J'ai étalé le dissolvant sur son monticule avec mon doigt et j'ai bientôt recouvert tous ses cheveux.

"Sept minutes et je vais les gratter !"

Carl m'a apporté une carte de crédit et sept minutes plus tard, j'ai commencé à la gratter. Elle a donné un petit frisson lorsque j'ai passé la carte sur ses lèvres. Ses entrailles étaient très roses et scintillantes car elle continuait à se lubrifier.

J'ai utilisé la serviette chaude et humide pour la nettoyer complètement et j'ai demandé à Carl "Qu'en penses-tu ?".

"Joli !" a été son seul commentaire.

"Tu veux voir ?" J'ai demandé à Jessica en lui tendant un petit miroir.

Elle a regardé dans le miroir et un petit rire s'est échappé de ses lèvres.

"Ça a l'air différent !" a-t-elle songé. "Mais définitivement sexy !"

Elle a passé sa main sur son monticule maintenant propre et a souri un peu "Lisse comme les fesses d'un bébé !".

Elle a glissé un doigt à l'intérieur et a commenté "Et très humide !".

"Masturbe-toi pour nous !" J'ai suggéré.

Elle n'a pas hésité, mais s'est mise au travail sur son nouveau jouet. Elle a glissé deux doigts à l'intérieur, puis les a retirés, étalant son jus luisant sur ses lèvres et son clitoris. En replongeant les doigts à l'intérieur, elle a commencé à enfoncer en rythme son canal vaginal, retirant presque ses doigts avant de les replonger dans les profondeurs.

Carl et moi avons tous deux observé attentivement la lubrification collante qui recouvrait ses doigts chaque fois qu'elle les retirait. Ses yeux se sont fermés et sa respiration s'est accélérée alors qu'elle accélérait le rythme de son auto-fucking.

Elle a arqué son dos et soulevé ses hanches du sol alors qu'elle frissonnait jusqu'à un climax majeur. Sa respiration s'est arrêtée momentanément lorsqu'elle a joui, laissant échapper un grognement guttural lorsqu'elle a dépassé. Elle a laissé ses doigts enfouis à l'intérieur pendant qu'elle se recueillait.

Quand elle a enfin ouvert les yeux et commencé à retirer ses doigts collants, j'ai pris sa main et guidé les doigts enduits vers ma bouche. Je les ai aspirés et léchés complètement sans jamais cesser de la regarder dans les yeux. Elle a fermé les yeux une fois de plus et a laissé échapper un petit gémissement.

Saisissant l'allusion, je me suis glissée entre ses jambes écartées et j'ai abaissé mon visage jusqu'à sa féminité qui fuyait. J'ai fendu ses lèvres avec deux doigts et j'ai inséré ma langue aussi loin que possible dans son canal vaginal. Cela a fait décoller à nouveau ses hanches du sol et elle a commencé à baiser contre ma bouche. La sensation de son monticule maintenant glabre contre mon nez et mes joues m'a vraiment donné envie de recommencer.

J'ai retiré ma langue de la profondeur avec elle et l'ai remplacée par plusieurs doigts. J'ai commencé à entrer et sortir lentement d'elle, en léchant mes doigts chaque fois que je me retirais. J'ai passé ma langue dans la fente de son derrière et l'ai lentement glissée dans son petit trou froncé. Un autre gémissement s'est échappé d'elle, et elle s'est levée plus fort contre mes doigts et mon visage.

Je pouvais sentir la sueur de ses cuisses commencer à mouiller mes cheveux alors qu'elle devenait de plus en plus chaude avec mes coups de sonde. Plutôt que de changer de tactique, j'ai continué à plonger mes doigts dans son vagin tandis que ma langue continuait à sonder ses fesses.

Elle a commencé à se raidir et a serré ses cuisses contre ma tête. Je pouvais l'entendre crier mais j'étais incapable de comprendre ce qui sortait de sa bouche. Elle a commencé à frémir violemment encore et encore alors que j'enfouissais ma langue profondément dans son petit trou froncé. J'ai senti son vagin se serrer fortement sur mes doigts et son sphincter se contracter dans un orgasme à contraction rapide, qui semblait durer une éternité.

Elle s'est finalement effondrée sur le sol et a libéré ses cuisses en forme de viseur de ma tête.

Des rires incontrôlés ont suivi.

Quand elle a enfin retrouvé son calme, elle a dit, en luttant toujours pour respirer : "Tu n'as pas idée à quel point c'était génial ! Aucune idée !"

Je lui ai simplement souri et j'ai dit "Je crois que si !".

Alors que nous étions allongés sur le sol, Carl s'est levé de sa chaise et s'est tenu au-dessus de nous. Sa queue était très gonflée et violette ; elle se tenait au garde-à-vous complet alors qu'il la caressait lentement pour notre regard.

"Quelqu'un en veut ?" a-t-il finalement demandé.

Jessica ne m'a pas laissé l'occasion de répondre car elle l'a saisi et l'a tiré à genoux au-dessus de sa poitrine. D'une main, elle a attiré sa queue dans sa bouche, le forçant à se lâcher et à la laisser le guider. Son autre main l'a entouré et l'a attiré dans son visage. J'ai simplement regardé pendant qu'elle forçait toute sa longueur dans sa bouche. Ses joues se sont un peu creusées et elle a commencé à le sucer avec avidité. Elle s'est un peu éloignée de lui et a commencé à le branler dans sa bouche. Elle a ouvert un peu la bouche et j'ai regardé sa queue glisser à l'intérieur et à l'extérieur. Elle le consommait sans aucun doute. Je savais que si Carl avait attendu, il ne tarderait pas à jouir.

Il a commencé à repousser dans sa bouche et s'est bientôt mis à baiser son visage. Par expérience, je sais que lorsqu'il commence cela, il n'est pas très long avant qu'il ne tire.

Jessica semblait le sentir aussi car elle l'a retiré de sa bouche et a presque grogné "Jouis dans ma bouche ! Éjacule dans ma bouche !"

C'est tout ce qu'il a fallu. Il s'est replongé de force dans sa bouche ouverte et ses lèvres se sont refermées autour de sa queue qui explosait. Ses joues se sont à nouveau creusées et je pouvais voir les muscles de sa gorge commencer à se contracter alors qu'elle avalait sa charge.

"Avale-le !" Suce-le à fond !" J'ai ordonné alors que Carl devenait totalement rigide, sa queue enfouie jusqu'au bout dans sa gorge. Il a presque hurlé d'orgasme alors qu'elle gardait ses lèvres verrouillées autour de son érection palpitante.

Il s'est un peu relâché et Jessica a relâché sa prise sur lui, lui permettant de se retirer de sa bouche. Ce faisant, une autre petite goutte de sperme a coulé du bout, que Jessica a doucement léché avec sa langue.

Un grand sourire est apparu sur son visage alors qu'elle se léchait les lèvres et ronronnait "Yummm, c'était savoureux !".

Nous avions tous besoin d'aller dans le jacuzzi après ça. Pendant trente minutes, nous sommes restés assis et avons fait trempette. Je revivais ce qui venait de se passer et j'étais certaine que Carl et Jessica faisaient de même.

Finalement, Jessica a pris la parole. "Il est temps de faire la fête encore un peu !"

Cette fille n'allait pas s'arrêter avant le matin !

"Va nous faire quelques Cosmos de plus !" J'ai ordonné. "Nous serons là sous peu !"

Carl est sorti, nous laissant nous amuser dans la baignoire.

"Tu veux le baiser dans le cul ou dans la bouche ?" ai-je demandé avec un sourire diabolique. "Ton choix, je prendrai ce qui reste !"

"Le cul !" a-t-elle proclamé avec véhémence.

Maintenant que nous avions un plan, nous sommes sortis et nous nous sommes dirigés vers mon placard pour lui trouver un harnais. Je l'ai choisi dans ma boîte à jouets et j'ai dit : "Vois si ça te va !"

Elle l'a remonté et j'ai serré les sangles. C'était parfait. Comme c'était sans entrejambe, elle a passé un doigt dans sa fente encore scintillante.

"Toujours humide !" a-t-elle proclamé, et elle a sucé son doigt pour le nettoyer.

J'ai sorti ma "Vixen" et l'ai montrée.

Ses yeux se sont un peu agrandis et elle a demandé : "C'est ce que je pense que c'est ?".

Je l'ai aspiré dans ma bouche et l'ai ressorti. "Précisément !"

Elle l'a pris avec précaution de ma main et l'a examiné. Pendant qu'elle faisait ça, j'ai donné quelques coups de pompe à l'ampoule et elle a senti la bite se dilater un peu près de la base.

Elle a gloussé un peu et a dit "Oh mon dieu !".

"Tu veux l'utiliser ?"

Elle a hoché la tête et je l'ai fait glisser dans l'anneau.

"Maintenant, ne le pompe pas jusqu'à ce que tu l'enterres, et ne le pompe pas plus de trois ou quatre fois. Mais quand tu le baiseras avec, il va devenir fou !"

"Je dois aller chercher le mien et nous sortirons ensemble. Ça va attirer son attention rapidement !"

J'ai quitté la chambre et je suis retournée dehors pour récupérer mon teddy et mon outil. Carl avait nos boissons qui attendaient sur le bar. Il avait mis un autre film et était assis dans son fauteuil en se caressant lentement.

"Je reviens tout de suite !" J'ai dit.

Je suis retournée et me suis arrêtée dans la cuisine où j'avais plus de médicaments décongelés et un peu réchauffés. Je l'ai pris et suis retournée dans la chambre. La jeune salope attendait, caressant lentement sa queue tout en s'admirant dans le miroir.

C'est trop cool !" dit-elle. "Où l'as-tu trouvé ?"

"En ligne !"

"Ça a l'air réel, n'est-ce pas ?"

"Un peu trop réel !" a-t-elle déclaré.

"J'ai juste ri et dit "Tu n'as pas idée !".

J'ai fait glisser ma peluche vers le haut et j'ai ajusté le tuyau, prenant une seringue et la fixant au bout. J'ai donné une lente poussée au piston et j'ai regardé le sperme couler le long du tube et dans ma queue.

"Tu veux goûter un peu ?"

Jessica s'est agenouillée devant moi et a ouvert la bouche. J'ai donné une autre petite poussée à la seringue et une petite giclée a quitté le bout et a jailli sur sa langue.

Elle a avalé et a ensuite eu l'air un peu perplexe.

"Qu'en penses-tu ?" J'ai demandé.

"Ça a beaucoup le goût du sperme !" a-t-elle dit.

"C'est parce que c'est le cas !"

Je lui ai tendu ma main et j'ai dit "Maintenant, remplissons la tienne !".

J'ai attaché une autre seringue au tuyau supplémentaire et j'ai rempli la "Vixen" jusqu'à ce qu'elle commence à dégouliner un peu.

"Tu es prêt à partir. Jouis dans son cul ou dans sa bouche, il s'en fichera !"

Nous avons quitté la chambre et avons marché jusqu'au bar. Nous avons chacun pris un Cosmo et sommes passés entre Carl et la télévision.

"Tu vois quelque chose que tu veux ?" J'ai demandé d'un air timide.

Il s'est levé de son fauteuil et s'est immédiatement mis par terre à quatre pattes.

En se retournant vers nous, il a souri et a dit "S'il vous plaît, Maîtresses !".

Jessica et moi nous sommes toutes deux dirigées vers lui, Cosmos dans une main et nos strapons dans l'autre. Je lui ai fait un petit clin d'œil puis j'ai placé ma fausse queue près de son visage.

"Je veux jouir dans ta bouche !" Je lui ai dit. "Et.........je veux que tu avales tout !"

Il a juste souri et a ouvert sa bouche. J'ai glissé ma queue au-delà de ses lèvres et j'ai commencé à baiser lentement son visage. J'étais à nouveau tellement excité que je savais que j'allais jouir sous peu. J'ai fini ma boisson et l'ai tendue à Jessica. Elle a posé nos deux verres sur la table et a commencé à caresser lentement le "Vixen". La regarder le caresser m'excitait encore plus, me rappelant d'autres dames qui l'avaient fait dans le passé. Je pensais que Jessica le monterait en levrette mais elle a simplement continué à se caresser, les yeux fermés, la sueur commençant à perler sur son visage et son cou. Elle était prête à prendre son pied, elle aussi.

J'ai accéléré le rythme en plongeant dans la bouche de Carl et j'ai saisi le piston de la seringue. En le pressant un peu, j'ai libéré une petite giclée.

Il a gémi un peu et il n'en fallait pas plus pour que je sente l'orgasme bouillir dans mon ventre.

Enfonçant fortement ma queue dans sa bouche, j'ai frémi et crié. "J'éjacule !"

À peine capable de me tenir debout, j'ai frémi contre son visage et j'ai appuyé plusieurs fois sur le piston, vidant le sperme dans sa bouche.

Il a gémi et avalé en même temps, gardant ses lèvres enroulées autour de moi en aspirant le reste du fluide de ma queue en caoutchouc. J'ai finalement arrêté de spasmer et je me suis un peu éloigné de lui, ma queue se balançant devant moi, totalement épuisée.

Jessica caressait maintenant sa queue un peu plus rapidement, car elle m'avait regardé pomper Carl et remplir sa bouche avec le sperme chaud. Je me suis éloigné et j'ai pensé qu'elle avait changé d'avis pour le monter. C'était le cas !

"Prends sa place, Marsha !" a-t-elle ordonné. "Et enlève ce teddy !"

Un peu choquée par son audace, je n'ai pu que faire ce qu'on m'a dit.

Pendant que j'enlevais le teddy, Carl s'est remis dans son fauteuil et a commencé à se caresser lentement. Sa queue était rigide et luisait à cause du pré-cum qui suintait de l'extrémité. Il en a enduit la tête et la tige et a continué à la caresser lentement tout en regardant Jessica se mettre derrière moi.

"Tu es prête ?" a-t-elle demandé.

J'ai tourné la tête et lui ai fait un grand sourire. "Baise-moi !"

Elle a lentement fait glisser le long manche de la "Vixen" au-delà de mes lèvres puis dans les profondeurs de mon vagin saturé. Lentement, elle a commencé à glisser dans et hors de moi, se retirant presque avant de se glisser à nouveau profondément à l'intérieur.

Avec un regard glacé vers elle, j'ai gémi "Attache-toi à moi !".

Elle a souri et a attrapé l'ampoule et lui a donné quelques pompes pendant qu'elle était à mon entrée. Je l'ai sentie pousser contre moi et le gonflement de la "Vixen" a passé mes lèvres et s'est installé dans mon canal.

Je l'ai sentie quand elle a donné quelques pompes supplémentaires pour me sceller. Il n'y a aucun moyen de décrire la plénitude que tu ressens en le sentant gonfler en toi. J'ai laissé échapper un long gémissement puis un soupir alors qu'elle commençait à se frotter lentement à mon derrière par de courts coups de staccato, se retirant juste assez pour sentir le gonflement tirer sur mon ouverture. Nous étions verrouillés.

Je pouvais entendre son souffle s'accélérer alors qu'elle approchait de son orgasme.

"Je vais jouir en toi ! Je vais jouir dans ta chatte, salope !"

"Yessss !" J'ai crié. "Jouis en moi !"

Le premier coup qu'elle a tiré m'a fait basculer et nous avons hurlé ensemble alors qu'elle jouissait en même temps. Sa queue pulsait au fond de moi et la sueur de son visage et de ses seins dégoulinait maintenant sur mon dos.

Le temps semblait s'arrêter alors que mon vagin se refermait sur cette queue et que je frémissais intérieurement dans un orgasme après l'autre.

Jessica a fini par se détendre un peu et s'est juste agenouillée là derrière moi, toujours "attachée" et semblant être totalement détendue.

"Quand j'ai retrouvé mon calme et que j'ai pensé qu'elle avait peut-être retrouvé le sien, j'ai tourné la tête, j'ai souri un peu et j'ai dit dans un murmure rauque "C'est toi qui as fait ce bazar, maintenant tu vas devoir le nettoyer !".

"Je l'avais prévu !" a-t-elle dit avec un petit sourire diabolique.

Je l'ai sentie dégonfler un peu la bite et déplacer mes fesses un peu plus haut dans l'air.

"Donne-moi un de ces verres vides !" J'ai dit à Carl.

Il me l'a tendu à mi-course et je l'ai placé sous mon entrejambe. J'ai incliné mes fesses en arrière vers le sol pendant qu'elle se retirait de mon trou détrempé. À la seconde où la pointe de la "Vixen" m'a quitté, j'ai pu sentir le sperme chaud couler sur mes lèvres et vers le sol. La jeune salope l'a regardé tomber pendant un moment, puis a enfoncé son doigt dans le mien, le récupérant dans le recoin de mon canal. Cela m'a fait donner un autre frisson involontaire alors qu'elle sondait mes profondeurs. Elle a ensuite baissé la tête vers mon trou béant et a sucé mes lèvres, sa langue sondant l'intérieur pour voir si elle pouvait drainer le liquide qui restait en moi.

Elle a fait gicler ses lèvres en se détachant de mes lèvres gonflées et a grogné "Pisse dans ma bouche !".

Elle a remis sa bouche sur mes lèvres et a recommencé à sucer. J'avais vraiment envie de pisser de toute façon, alors j'ai laissé couler un plein jet dans sa gorge. Je pouvais sentir sa langue marteler mon urètre pendant que je vidais ma vessie dans sa bouche assoiffée.

Lorsque j'étais vide, elle a retiré son visage, a ramassé le verre entre mes jambes et s'est assise sur ses talons.

Carl m'a un peu surpris lorsqu'il s'est levé et s'est dirigé vers le moment où Jessica se balançait en arrière. Sans aucun avertissement, il a abaissé sa queue à côté du verre qui attendait et a tiré plusieurs cordes de sperme, ajoutant au contenu.

Jessica a juste fait tournoyer un peu le verre et, avec un sourire sur le visage, a tout bu d'un trait.

"C'était amusant ! C'est quoi la suite ?"

"Au lit ! Nous continuerons ça demain !" fut tout ce que je pouvais dire !

D'autres récits de femme exhibitionniste qui vont vous intéresser