Voyeurisme avec les plus belles filles du net

De belles et sexy amatrices se montrent nue en cam et publient des histoires porno

Un mâle roumain élève ma petite amie

Un mois environ s'est écoulé et Sophie a continué à rencontrer, une ou deux fois par semaine, son amant Andrei. Après chaque rencontre, Sophie expliquait en détail tout ce qui se passait entre eux et ce qu'elle ressentait à ce moment-là. Je me branlais moi-même pendant que j'écoutais et je les suppliais parfois de me regarder ou de leur faire plaisir à tous les deux. 

Je l'avais montée et j'avais glissé ma bite de 2,5 cm dans sa chatte tendue, car elle m'avait fait comprendre à quel point j'étais inférieure à Andrei dans tous les domaines et que si je ne lui donnais pas un bébé bientôt, elle tomberait enceinte de lui et me ferait élever le batard comme mon propre enfant. Elle me traitait de pédé et me disait qu'elle essayait de le convaincre de me baiser le cul et la bouche. Entendre cela de sa bouche crasseuse était inévitablement trop et j'éjaculais en elle.

Fin novembre, Soph a invité Andrei à venir s'amuser et cette fois-ci, j'ai pu regarder. Il est arrivé et après un bref échange, ils sont allés dans la chambre pour "commencer" pendant que je faisais la vaisselle et que je venais directement dans la chambre. Heureusement, il n'y avait pas grand-chose à faire, mais en dix minutes, j'étais dans la chambre avec eux. Andrei était appuyé contre le rebord de la fenêtre et ne portait que ses chaussettes. Sophie se tenait devant lui et lui embrassait le visage et le cou tout en branlant sa bite géante. Ils m'ont ignoré pendant que je me déshabillais et que je continuais à l'embrasser. Sophie me montra la parcelle de sol devant elle, et dès que je fus complètement nue, je m'agenouillai à côté d'elle et commençai à me branler.

"Sentez sa bite." demanda Sophie. J'ai ouvert la bouche et je me suis penché vers elle. PENSE. Andrei m'a giflé fermement au visage, me déséquilibrant et me faisant presque tomber par terre. Il ne m'a pas giflé aussi fort qu'il a pu, mais il m'a frappé avec assez de force pour que mes oreilles bourdonnent et mes yeux larmoient afin que je puisse sentir le pouvoir dans ses grandes mains.
"Pourquoi avez-vous fait ça ?" demanda Sophie en mon nom.
"Je ne suis pas un putain d'homo. Il veut me sucer", s'exclama-t-il avec un fort accent roumain. Pour désamorcer la situation, Sophie l'a traîné loin de moi et les deux sont tombés en masse sur le lit et en un rien de temps, il lui a enfoncé sa grosse bite dans le corps.

"Il ne te laisse pas le sucer parce que c'est un vrai homme et que les femmes le font bander". Sophie m'a fait un signe de la main tout en luttant pour enfoncer sa bite plus profondément dans sa chatte trempée.
"Regarde ce qu'il me fait. Regarde-le", a-t-elle aboyé. Ma bite commençait à durcir quand j'ai regardé Andrei enfoncer sa bite de 15 cm dans ma douce chatte adorée et l'en faire sortir.

"Tu ne peux pas me baiser comme ça. Tu ne peux pas me faire sentir comme ça." Elle continuait à se moquer alors qu'il la faisait entrer et sortir.
"Ce n'est plus ta chatte, elle lui appartient. Il va me donner un bébé." Andrei l'a saisie à la gorge, lui faisant émettre un gargouillement, puis l'a giflée trois fois au visage avec sa main avant et arrière et a commencé à la pomper fort.
J'avais envie de dire ou de faire quelque chose, mais j'avais un peu peur d'Andrei et je craignais qu'il me batte si je le provoquais. Je n'avais pas besoin de m'inquiéter, car dès qu'il avait retiré ses doigts de son cou, elle le suppliait de jouir en elle et de lui donner ses bébés. Je suis restée par terre à fixer sa bite charnue qui entrait et sortait d'elle. Comme elle se débattait, se tordait et me suppliait, Andrei ne tarda pas à gémir plus fort et à signaler qu'il allait jouir.
"Oui, jouir dans ma putain de chatte", demanda-t-elle à nouveau.
Andrei s'est levé, s'est baissé et a crié quelque chose que je ne comprenais pas quand j'ai réalisé qu'il allait jouir. Sophie l'a regardé dans les yeux pendant qu'il tremblait. "Je t'aime". Elle lui a dit. Il a continué à la pomper jusqu'à ce que sa bite devienne complètement molle, à ce moment-là elle a glissé, suivie d'une grosse larme de jus d'amour épais.

Sophie m'a raconté plus tard que lorsqu'Andrei m'a giflée et que je me suis retournée, elle a failli rentrer dans sa culotte et lorsqu'il l'a giflée et étranglée, elle est venue lourdement sur sa bite. Je voyais bien qu'elle ne me respectait plus, si jamais elle le faisait. Je savais qu'il était probablement entré en elle les dernières fois qu'ils avaient baisé, mais j'ai laissé tomber. Qu'est-ce que je pouvais faire. Je l'avais perdue. Je n'ai plus eu le droit de jouir en elle depuis ce temps-là.

Elle est tombée enceinte au fait, mais a fait une fausse couche à trois mois. Ils continuent à essayer d'avoir un bébé.