Voyeurisme avec les plus belles filles du net

De belles et sexy amatrices se montrent nue en cam et publient des histoires porno

Histoire porno - Deux femmes se partagent la bite d'un copain

Soudain, la porte de notre chambre s'est ouverte. "Qui a oublié de verrouiller la porte ?" J'ai demandé sans même regarder pour voir qui c'était. "Alex..." Ren a haleté, "Tu te souviens, il devait venir plus tard ?" Juste au cas où, j'ai lentement tourné la tête. C'était Alex. 1m80, mince avec des cheveux bruns bouclés et non entretenus. Des yeux bleus aussi froids que la glace et une voix soyeuse pour aller avec. C'était définitivement lui. "J'ai raté quelque chose", a demandé Alex en fermant la porte et en tournant le verrou. "Je croyais qu'on était censés sortir ensemble..." La douleur était presque adorable. Ça valait presque la peine de se rattraper auprès de lui. J'ai baissé les yeux vers Ren et j'ai souri.

Soudain, la porte de notre chambre s'est ouverte. "Qui a oublié de verrouiller la porte ?" J'ai demandé sans même regarder pour voir qui c'était. "Alex..." Ren a haleté, "Tu te souviens, il devait venir plus tard ?" Juste au cas où, j'ai lentement tourné la tête. C'était Alex. 1m80, mince avec des cheveux bruns bouclés et non entretenus. Des yeux bleus aussi froids que la glace et une voix soyeuse pour aller avec. C'était définitivement lui. "J'ai raté quelque chose", a demandé Alex en fermant la porte et en tournant le verrou. "Je croyais qu'on était censés sortir ensemble..." La douleur était presque adorable. Ça valait presque la peine de se rattraper auprès de lui. J'ai baissé les yeux vers Ren et j'ai souri.

"Tu dois poser ce livre", m'a grondé Ren alors que je m'efforçais d'étudier pour les examens, "sinon tu vas devenir aveugle à force de le regarder !".

Elle était toujours la première à choisir le jeu plutôt que le travail et moi, étant sa colocataire, j'étais généralement entraînée avec elle. Ren était une grande blonde extravertie avec une personnalité que personne ne pouvait battre. Vraiment, tout ce que j'ai toujours voulu chez un colocataire, c'est quelqu'un qui nettoie et ne m'enferme pas dehors.

Je ne suis pas une personne très extravertie, loin de là, je suis tout le contraire. Je mesure 1,80 m, mais je suis loin d'être aussi grand qu'elle. Féru de livres, de Star Trek et de D&D, je n'ai pas vraiment été élu roi de la promo au lycée. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas attirant, bien au contraire. J'ai passé la plupart de mon adolescence à essayer de dissimuler le fait que j'avais des seins pour qu'on me laisse tranquille à la bibliothèque. Mais elle... elle aurait été occupée à causer des problèmes et à s'en sortir. Avec ces longues jambes... ces jambes bien développées...

"Amy !"

"QUOI ? !"

"Est-ce que tu m'as écouté au moins ?" Ren a demandé avec un sourire, "Tu avais l'air plutôt perdue dans tes pensées..."

"Non," j'ai réfuté, "Je vais bien... Juste distraite. Les examens me stressent."

Alors, oui, je ne suis pas la personne la plus honnête du monde. Peut-être que ça aurait rendu les choses un peu gênantes dans le dortoir d'admettre que j'avais pensé à elle, alors j'ai juste joué la fatigue. Il semblait que je ne m'en sortirais pas si facilement.

"Je t'ai dit qu'Alex allait venir ?", a-t-elle dit pour voir si je faisais attention. WHOMP. Sorti à nouveau de ma rêverie, cette fois par un oreiller qui m'a frappé au visage, j'ai enlevé mes lunettes de lecture.

"Tu l'as mentionné", ai-je pensé alors que l'étui à lunettes se refermait, "Et c'est bien. Fais-moi juste savoir si tu as besoin d'intimité avec lui."

Dans un effort pour éviter ses yeux, j'ai commencé à regarder dehors. J'ai remarqué qu'il pleuvait beaucoup, j'ai donc pensé que les festivités ne se dérouleraient pas dehors. Du coin de l'oeil, j'ai compris que ce n'était pas tout ce qu'elle voulait dire. "J'ai pensé que si tu pouvais sortir ton nez de tes livres une minute...", baissant les yeux, elle s'est tue. "Eh bien, qu'est-ce que tu proposes que je fasse à la place ?" J'ai interrogé la fille. Il ne devait pas se passer grand-chose par ce temps, surtout pas à cette heure-ci. Il n'était que 8 heures. Rien ne serait mis en place avant des heures.

Lorsqu'elle s'est tournée pour regarder par la fenêtre, ses longs cheveux blonds ont filé dans les airs et sont passés par-dessus son épaule. Peut-être qu'elle était juste en train de devenir folle, mais c'était inhabituel pour Ren d'agir si bizarrement. "C'est juste que..." dit-elle, "je ne supporte pas de te voir te tuer avec les statistiques."

"Tu te moques de moi", ai-je répondu, "pourquoi diable..."

Avant que je m'en rende compte, Ren avait trouvé ce qu'elle voulait faire ce soir-là, et elle ne sortait pas. J'ai essayé de m'éloigner, sans conviction, mais j'ai été ramené dans l'étreinte chaude de ma colocataire. Je l'avais vue sortir avec des hommes mais jamais avec d'autres filles. Elle n'avait même pas d'autres amies qui étaient des filles.

Est-ce que ça se passait vraiment ou est-ce que j'avais recommencé à rêver ? Ses mains passant dans mes cheveux et l'odeur de sa lotion au sucre vanillé m'ont dit que je n'avais peut-être pas d'hallucinations. Le coup sec à l'arrière de ma tête m'a dit que je ne rêvais certainement pas.

Le baiser s'est transformé en une étreinte encore plus fervente alors qu'elle se mettait à cheval sur mes genoux. Prenant le contrôle, elle a poussé mes épaules en arrière jusqu'à ce que je sois cloué au lit. Les livres ont volé et mes notes se sont éparpillées. Vaguement, j'ai réalisé qu'elle avait jeté mon classeur si fort que les anneaux s'étaient ouverts. Je pouvais remettre les pages en place. Ce n'est pas comme si étudier maintenant allait m'aider. Peut-être que c'était ce dont j'avais besoin, plus que trente minutes supplémentaires de formules.

Sans trop savoir ce qui se passait, mes mains déboutonnaient son cardigan. Le tissu était soyeux contre le bout de mes doigts que je faisais courir, passant les boutons aussi vite que possible. Au-dessus de mon visage pendaient ces seins parfaitement formés, des melons mûrs pour la cueillette. Lâchant un rire guttural, Ren a arrêté mes mains et les a coincées au-dessus de ma tête. Ce sourire, sournois et sensuel, me narguait. Ses longs cheveux en boucles lâches, ébouriffés par la dernière activité, me taquinaient le visage. Léger et parfumé, je ne pouvais m'empêcher de me laisser entraîner dans chaque moment de ce qui se passait. Je n'allais certainement pas l'arrêter.

"Je suppose que c'est mieux que d'étudier," m'a-t-elle demandé timidement, "n'est-ce pas ?" Je ne comprends pas pourquoi elle m'a demandé ça. Chaque centimètre de mon corps palpitait. Maintenant, elle était juste cruelle. Lentement, elle s'est penchée pour prendre la fermeture éclair de mon sweat à capuche entre ses dents. Encore plus lentement, j'ai entendu le bruit qu'elle faisait en se défaisant. Les yeux fermés, le souffle coupé, je ne pouvais plus le supporter.

Je sais qu'elle pouvait sentir mes hanches se balancer. Je sais qu'elle pouvait entendre le cœur dans ma poitrine sur le point d'exploser. Son regard m'a dit que ce n'était pas la première fois qu'elle y pensait. Elle allait faire durer le plaisir, même si je mourais d'excitation au passage. Je pouvais remplir mon clitoris qui gonflait. Il coulait, prêt et criant pour être touché. L'agonie aurait été la bienvenue comparée à la frustration que je ressentais. Son souffle chaud contre ma peau maintenant nue n'aidait pas. Je n'étais capable que de gémir à ce moment-là, et elle le savait.

Non, me suis-je dit, tu ne vas pas laisser ton fantasme te prendre, tu la prends d'abord. Ren a haleté quand je l'ai retournée et montée sur elle. J'avais déjà réussi à défaire la plupart de ses boutons lors de ma dernière tentative, alors j'ai fait un travail rapide sur les derniers. Avant qu'elle ne s'en rende compte, ses seins étaient nus et ma main droite en tenait un. J'ai passé ma langue légèrement entre ses seins et le long de son abdomen, la regardant se tortiller, m'arrêtant avant le bouton de son pantalon. Maintenant, c'est elle qui allait crier pour en avoir plus.

Comme elle soupirait, j'ai pris son mamelon gauche dans ma bouche avide. Faisant tourner la chair tendre avec ma langue, j'ai fait pression avec les dents et j'ai sucé alternativement. Je ferais chanter Ren même si c'était la dernière chose que je ferais.

Soudain, la porte de notre chambre s'est ouverte. "Qui a oublié de verrouiller la porte ?" J'ai demandé sans même regarder pour voir qui c'était. "Alex..." Ren a haleté, "Tu te souviens, il devait venir plus tard ?" Juste au cas où, j'ai lentement tourné la tête. C'était Alex. 1m80, mince avec des cheveux bruns bouclés et non entretenus. Des yeux bleus aussi froids que la glace et une voix soyeuse pour aller avec. C'était définitivement lui. "J'ai raté quelque chose", a demandé Alex en fermant la porte et en tournant le verrou. "Je croyais qu'on était censés sortir ensemble..." La douleur était presque adorable. Ça valait presque la peine de se rattraper auprès de lui. J'ai baissé les yeux vers Ren et j'ai souri.

"C'était ton idée ou la sienne ?" Je me suis moqué, "Parce que tu sais ce qu'ils font aux mauvaises filles." En me levant, je l'ai retournée sur le ventre. "Ça," ai-je dit en jouant avec la fessée de son cul parfaitement moulé, "c'est ce qui arrive aux mauvaises filles !"

On pouvait presque entendre le bruit de la bite d'Alex qui durcissait dans son jean quand j'ai frappé les fesses rondes de Ren. "Amy," commença-t-il lentement, "Ren m'a dit de venir... Je voulais voir si tu voulais aller dîner. Il semble que tu aies une assiette pleine." Ren a ri encore plus fort quand je l'ai laissée se dégager de mon emprise. "Tu peux toujours te joindre à nous", a-t-elle dit tandis que je souriais, "Il y a toujours de la place pour plus". Sa mâchoire s'est effondrée sur le sol comme s'il venait d'entrer dans son propre rêve humide.

En se levant, Ren a mené la charge vers Alex. Bien sûr, elle est arrivée la première, arrachant son jean de son corps tonique. Elle a immédiatement commencé à mettre son membre dur dans sa bouche, mais il l'a arrêtée. En souriant, elle a donné un coup de langue féroce et bien ciblé contre la tête de sa bite et on aurait pu rythmer un morceau de musique avec son rythme. Il m'a poussé contre le lit et a commencé à sucer mon téton nu. Rempli de plaisir et de chaleur, je me suis retourné contre lui. Je l'ai poussé et je l'ai déchiré comme si c'était la dernière chose que je pouvais attraper. Étant donné qu'il était beaucoup plus musclé que moi, il n'était pas surprenant qu'il m'ait dépassé et se soit remis sur le dessus.

"Ahem", Ren a toussé, "Tu as oublié quelqu'un ?"

"Jamais de la vie", a dit Alex en me laissant me relever et en s'allongeant sur le lit, "Je pense qu'on peut faire en sorte que ça marche".

Il savait qu'il était l'homme le plus chanceux du monde. Deux femmes pour lui tout seul, et il en profitait. Il m'a fait signe de m'approcher et m'a murmuré que je devais choisir. En marchant à reculons vers Ren, je l'ai nargué avec mes hanches pleines en bougeant. Ensemble, nous l'avons taquiné pendant que nous enlevions les vêtements de l'autre. En retirant lentement son pantalon, je l'ai entendu sur le lit soupirer d'anticipation. J'ai regardé Ren. Je savais qu'elle était à peu près aussi prête à souffler que moi, alors j'ai rapidement enlevé nos vêtements et je l'ai laissée choisir.

"Je pense que tu sais ce que je veux", a-t-elle chantonné en s'approchant de ses lèvres, "Je veux ce côté..."

"Oh, vraiment", a-t-il dit en riant, "Ça me convient parfaitement. Je n'ai pas à me plaindre."

On s'est tous les deux mis à cheval sur lui, prenant nos places. Il a attrapé ses hanches et l'a mise dans sa bouche. Sentant son jus chaud couler, il a sondé sa fente avec sa langue. En gémissant, ses hanches ont commencé à bouger plus rapidement. Elle n'était pas la seule à s'amuser. Je me suis abaissée sur sa bite et je l'ai forcé à entrer dans ma chatte chaude. Je pouvais sentir son corps trembler alors que je le plongeais dans ma chaleur, dans ma mouille. Je l'ai poussé vite et fort, devenant encore plus sauvage en l'écoutant crier sur le moment. Elle venait, je pouvais voir son corps commencer à bouger plus rapidement alors qu'il suçait son clitoris et plongeait son doigt en elle. Incapable d'en supporter davantage, elle a haleté et je pouvais presque goûter son jus en regardant le visage d'Alex s'en délecter. Jalouse, je faisais plus attention à son visage quand j'ai senti une langue chaude et humide entourer un de mes tétons. Ren s'était approchée pour finir le travail qu'elle avait commencé.

Attrapant mes cheveux d'une main et mon autre sein de l'autre, elle m'a poussée à l'orgasme sur la bite d'Alex. Avide comme je l'étais, j'ai continué à le pousser jusqu'à ce qu'il ait été assez torturé.

Brûlant de passion et rendu fou par la proximité de son orgasme, il m'a fait rouler sous lui et a maintenu une de mes jambes en l'air pour qu'il n'y ait pas un centimètre carré que sa grosse bite ne puisse atteindre en moi. Instinctivement et assez facilement, j'ai attrapé son téton le plus proche et l'ai massé avec ma bouche. Bientôt, j'ai senti les poussées chaudes et sauvages alors qu'il me baisait jusqu'à son orgasme. La sensation de son sperme gluant et humide m'a fait bondir et je me suis cambrée si fort que j'ai cru que j'allais me replier sur moi-même. Une vague après l'autre s'est abattue sur mon corps et mes tétons ont durci au-delà de tout ce que j'avais vu auparavant.

Dès que nous avons eu fini, Ren a poussé Alex durement et il a roulé entre le mur et moi. Satisfaite qu'il soit hors du chemin, elle a pressé sa peau chaude contre la mienne et je n'ai pas pu m'empêcher de commencer à m'endormir d'épuisement à côté d'elle. "Peut-être que la prochaine fois, on sera seuls", a souri Ren alors que je m'endormais, "Parce que je n'en avais pas encore fini avec toi...". 

D'autres confessions de voyeurisme qui vont vous intéresser