Voyeurisme avec les plus belles filles du net

De belles et sexy amatrices se montrent nue en cam et publient des histoires porno

Histoire porno - Participer à une fête sans tabou

Cela faisait longtemps que je n'étais pas sortie pour m'amuser un peu. Le travail était si prenant et si stressant. Je n'avais pas le temps d'avoir une vie sociale, pas le temps d'avoir un homme, et certainement pas le temps de faire l'amour. Ma petite amie, Mélanie, m'avait parlé d'une fête qui a lieu une fois par mois. C'est censé être vraiment sauvage et fou.

Cela faisait longtemps que je n'étais pas sortie pour m'amuser un peu. Le travail était si prenant et si stressant. Je n'avais pas le temps d'avoir une vie sociale, pas le temps d'avoir un homme, et certainement pas le temps de faire l'amour. Ma petite amie, Mélanie, m'avait parlé d'une fête qui a lieu une fois par mois. C'est censé être vraiment sauvage et fou.

Cela faisait longtemps que je n'étais pas sortie pour m'amuser un peu. Le travail était si prenant et si stressant. Je n'avais pas le temps d'avoir une vie sociale, pas le temps d'avoir un homme, et certainement pas le temps de faire l'amour. Ma petite amie, Mélanie, m'avait parlé d'une fête qui a lieu une fois par mois. C'est censé être vraiment sauvage et fou.

Elle ne voulait pas me dire ce que cela signifiait. Tout ce qu'elle m'a dit, c'est que cela ferait disparaître mon stress. J'en ai bien besoin !

La semaine dernière, avant de quitter le travail, Mélanie m'a donné l'adresse de la fête et m'a dit de la rejoindre à huit heures. En rentrant chez moi pour me préparer, je me suis demandé dans quoi je m'embarquais et ce que je devais porter. En regardant dans mon armoire, je n'ai rien trouvé de vraiment attrayant. Robe rouge, non. Une robe marine, non. Je me disais que je devrais porter quelque chose d'un peu coquin. Je veux dire, le but de cette fête était de s'amuser un peu et d'évacuer le stress. J'ai finalement décidé de porter une jolie petite tenue que je gardais pour les périodes particulièrement excitantes. Je veux dire que c'était tout à fait approprié.

Devant le miroir, je me suis regardée. Je pense que je suis une jolie femme, pas quelqu'un que je qualifierais de belle. Mes cheveux roux sont semi-frisés, longs comme les épaules et encadrent bien mon visage. J'ai des yeux bleus et des lèvres qui peuvent faire la moue avec les meilleurs d'entre eux. Alors, je me tenais là. Une petite jupe à carreaux verts et rouges, coupée juste au-dessus de la mi-cuisse. Un chemisier blanc, un soutien-gorge blanc à peine visible sous le chemisier. Une paire de bas blancs jusqu'aux genoux et une culotte blanche en coton. Les jours passés à l'école catholique m'avaient appris à bien travailler cette tenue. Je me suis dit que si elle n'attirait pas les regards, tout le monde sur la planète était mort. Après m'être maquillée, j'ai pris mon sac à main et y ai glissé une boîte de préservatifs. Première règle, toujours être préparé et en sécurité. En fermant la porte derrière moi, j'étais prête à faire la fête.

Mélanie m'avait indiqué le chemin de la fête. Je me suis garé devant une maison géante sur une colline juste à l'extérieur de San Francisco, à Sausalito. L'allée était pleine et je me suis garé derrière la dernière. En sortant de la voiture, j'ai vu Mélanie courir dans l'allée. Elle s'est arrêtée et m'a regardée : "Putain, tu as l'air prête à bondir !".

J'espérais que c'était une bonne chose, "Pas trop pour ça, j'espère ?"

"Certainement pas trop. C'est parfait !" Mélanie m'a pris la main et m'a entraîné dans l'allée jusqu'à la porte d'entrée. Il y avait déjà vingt ou trente personnes à l'intérieur. Certaines femmes portaient des jeans et des chemises, d'autres des robes, et quelques-unes des nounours. Oui, je suis à ma place, me dis-je.

Mélanie a passé son bras autour de ma taille et m'a guidée vers le bar. Le barman était un bel homme d'une vingtaine d'années. Il portait un caleçon et une boucle d'oreille. C'est tout ce qu'il y a de mieux ! Il m'a servi un verre et m'a dit en souriant : " J'adore ta tenue. J'ai toujours eu un faible pour les écolières."

Je suis reparti avec Mélanie avec le sentiment que cette nuit allait définitivement être quelque chose d'autre. Je ne savais pas encore quoi, mais je le sentais dans l'air.

Au bout d'une vingtaine de minutes, j'ai entendu quelqu'un réclamer le silence. J'ai regardé vers le bar, et le barman se tenait debout sur le haut d'un tabouret. "Hé, fermez vos gueules, tout le monde !" La salle s'est tue. "Ok, il est temps de commencer les jeux. Pour ceux d'entre vous qui sont nouveaux, nous aimons jouer à un petit jeu de fête. Des noms ont été mis dans un chapeau. Lorsque vous tirerez un nom, il y aura un petit quelque chose d'autre dessus, une mission si vous voulez. Vous avez trente minutes pour accomplir votre mission et revenir dans cette pièce". Des murmures d'approbation et d'impatience parcourent la salle.

J'ai regardé Mélanie et je lui ai chuchoté à l'oreille : "Quel genre de mission ?"

Elle a souri et m'a dit : "Détends-toi. Vous vouliez vous amuser un peu, vous allez le faire."

Le barman a continué : "Ok, maintenant, tous les nouveaux venus, et vous savez qui vous êtes, vont tirer en premier."

Les gens ont commencé à se détacher de la foule et, l'un après l'autre, ont tiré un bout de papier du chapeau. Les noms étaient appelés et lorsqu'ils s'avançaient, le duo partait accomplir sa mission. Quand ce fut mon tour, j'ai timidement glissé ma main dans le chapeau et j'en ai sorti un bout de papier.

"Damon - fellation sans les mains"

Mon visage a dû rougir. Dans quoi Mélanie m'avait-elle embarqué ? J'ai tout de suite eu peur, mais en même temps, tous ces mois sans sexe ont pris le dessus. Je me suis sentie mouillée et excitée. J'ai senti une main sur mon épaule. J'ai levé les yeux et j'ai vu un homme magnifique et bronzé. Il avait l'air d'un surfeur typique. "Je suis Damon, allons-y." Il m'a pris la main et je l'ai suivi jusqu'au balcon.

"Tu es d'accord avec ça ?" a-t-il demandé. Il était gentil. J'ai hoché la tête et je lui ai tendu le papier. Le sourire qui s'est dessiné sur ses lèvres m'a dit qu'il aimait ce jeu. "Prends-moi, je suis à toi pour jouer avec !" Les rires ont envahi l'air et je me suis sentie à l'aise et prête à partir. Nous avions trente minutes pour accomplir notre mission et je n'allais pas échouer la première fois.

En me glissant vers lui, je l'ai regardé de travers : "Je ne suis pas censée utiliser mes mains." Je me suis agenouillée devant lui, j'ai mis mes mains derrière mon dos et je me suis penchée en avant. Avec mes dents, j'ai déboutonné son pantalon (j'ai appris ce truc au lycée) et j'ai descendu lentement la fermeture éclair. J'ai pris son pantalon entre mes dents et je l'ai baissé lentement. Je me sentais excitée et excitante en regardant cette étrange bite. Oubliez le jeu, je voulais cette bite juste parce que je la voulais.

Avec ma langue, j'ai fait le tour de la tête et j'ai léché le dessous de la tige. J'ai passé ma langue sur le bout, et sa bite s'est mise à monter et à descendre. Ma bouche s'est refermée sur son érection et j'ai sucé. Ses gémissements étaient silencieux. Je pouvais entendre d'autres gémissements autour de nous, car d'autres tentaient d'accomplir leur mission. J'ai balancé ma tête de haut en bas sur sa bite, ma bouche étant la seule chose qui la touchait.

J'ai senti la pointe toucher le fond de ma gorge alors que je suçais de plus en plus fort. J'ai levé les yeux vers lui et j'ai su qu'il était proche. J'ai retiré ma bouche et je l'ai enfoncée à nouveau. J'ai baisé sa bite avec ma bouche et j'en ai savouré le goût. Je l'ai entendu grogner et j'ai senti son sperme jaillir dans ma bouche. Je l'ai bu jusqu'à la lie, mon menton se chargeant de l'excédent. Je l'ai léché et je me suis levé.

"Tu joues très bien à ce jeu", a-t-il dit en remettant son pantalon en place. Il m'a pris la main et nous sommes retournés dans la salle principale. Quelques joueurs s'étaient déjà réunis et d'autres continuaient d'apparaître.

Le barman se tenait à nouveau sur le tabouret du bar, son caleçon légèrement mouillé à l'avant. "C'est l'heure ! Si vous n'avez pas fini, tant pis." Tout le monde se réunit à nouveau. "Cette fois, vous avez une heure pour accomplir votre mission. Les mêmes personnes qui ont tiré la dernière fois, tirent à nouveau !"

Je me suis dirigé vers le chapeau avec un peu plus d'impatience cette fois-ci. Qu'y avait-il d'autre dans ce chapeau ? J'ai tiré mon bout de papier et j'ai lu.

"Ty - sucer et baiser

J'ai levé les yeux et j'ai appelé Ty. Lorsqu'un homme noir, grand et musclé, s'est approché de moi, je me suis sentie vraiment excitée. Je n'avais jamais été avec un homme noir auparavant, mais j'avais entendu toutes sortes d'histoires. Il a souri, "Je suis Ty, tu es mon partenaire chanceux ?"

J'ai réussi à hocher la tête et il a passé son bras autour de ma taille et m'a emmenée à l'étage. Il ouvrit une porte et jeta un coup d'œil à l'intérieur : "Tout est clair, viens, bébé." En entrant, j'ai jeté un coup d'œil à la pièce. Pas trop mal. Propre et bien rangée. "Qu'est-ce qu'il y a sur le papier ?" a-t-il demandé.

Je me suis retournée et j'ai marché vers lui, j'ai mis mes mains sur son torse et je l'ai poussé vers le lit, "Suce et baise". Il a souri et m'a regardée déboutonner mon chemisier. Je l'ai laissé pendre et j'ai baissé mon soutien-gorge. En rampant sur ses genoux, j'ai poussé mon mamelon dans son visage et j'ai dit : "Suce-le."

J'ai regardé ses lèvres sombres entourer mon mamelon pâle. Une décharge d'électricité m'a traversée. Il était sombre, presque ébène. Sa bouche a sucé mon mamelon, sa langue jouant avec. Sa main est remontée et a pris mon autre sein, le pressant et le pétrissant. J'aimais le contraste de nos peaux l'une contre l'autre. Je devais savoir si ces histoires étaient vraies.

En glissant de ses genoux, je me suis penchée sur lui et j'ai défait son jean. Je l'ai descendu autour de ses chevilles, entraînant avec lui son caleçon. Quand j'ai levé les yeux, je regardais la bite la plus grosse et la plus noire que j'avais jamais vue. Les histoires étaient vraiment vraies ! "C'est la première fois que tu vois une bite noire, ma petite fille ?

J'ai souri, "Oui et tu vas avoir la meilleure pipe que tu n'aies jamais eue". Je me suis penchée, j'ai pris sa bite dure dans ma main et j'ai abaissé ma bouche dessus. C'était comme sucer une barre de chocolat, mais en mieux... en beaucoup mieux ! J'ai sucé et fait tourner ma langue autour de lui. Je n'arrivais pas à le mettre entièrement dans ma bouche, mais j'essayais quand même. J'ai humidifié son membre et je l'ai fait glisser hors de ma bouche. Je me suis penchée sur lui et j'ai enveloppé sa bite entre mes seins et je les ai serrés l'un contre l'autre. Sa bite noire enveloppée entre mes seins pâles était tellement excitante.

"Oh yea baby ! Oh, c'est putain de bon !" Il gémissait et poussait sa bite plus loin, baisant mes seins. Il fallait que je le prenne ! Je devais le chevaucher.

Je me suis levée et j'ai lentement baissé ma culotte en coton blanc et je l'ai enlevée. J'ai remonté ma jupe devant et lui ai montré ma chatte rasée. Il a gémi : "Viens ici, bébé, et je vais te montrer ce que je sais faire". J'ai pris mon sac à main et j'en ai sorti la boîte de préservatifs. J'ai déchiré le paquet, j'étais contente d'avoir acheté les plus gros, l'anticipation est toujours bonne.

Je me suis mise à califourchon sur ses jambes, ma jupe remontant pour lui donner une bonne vue de ma chatte. Pendant que j'enroulais lentement le préservatif sur sa bite, ses doigts jouaient avec moi. J'ai gémi lorsque son doigt a glissé en moi et s'est agité. Il a retiré son doigt et l'a sucé. "Mmm, il faudra que je goûte à ça plus tard". Ses mains ont saisi mes hanches et il m'a soulevée pour me mettre sur sa queue.

Il était si gros que je n'étais pas sûre de pouvoir le prendre. J'ai senti ma chatte se déchirer, puis j'ai ressenti un frisson de plaisir lorsque je me suis installée lentement sur lui. Je me suis penchée en avant et je me suis appuyée contre son torse. La poussée de sa bite en moi m'a poussée encore plus en avant. Mes seins rebondissaient d'avant en arrière tandis que nous nous balancions d'avant en arrière. Il s'enfonçait de plus en plus profondément.

Je me suis redressée et j'ai rebondi doucement. En chevauchant sa bite, j'ai regardé ses mains jouer avec mes mamelons. Il les pressait et les entourait. Je me suis penchée à nouveau et il a pris mon mamelon dans sa bouche et l'a sucé. J'étais au paradis.

En gémissant, j'ai crié : " Plus fort ! Baise-moi plus fort !" Il a enfoncé sa bite plus profondément en moi. J'ai senti mon orgasme me transpercer et j'ai crié à nouveau. Il m'a soulevée et a retiré brièvement sa bite de moi. Il m'a allongée sur le lit, m'a ouvert les jambes et a enfoui son visage dans ma bouche humide. Sa langue m'a remplie à l'endroit où sa bite venait d'être. Mon corps s'est mis à trembler tandis qu'un autre orgasme me traversait.

"Maintenant, tu vas encore tout prendre et je vais jouir en toi." Il a enfoncé sa bite dans ma chatte sensible. J'ai gémi et j'ai levé mes jambes sur ses épaules. Il a poussé de plus en plus fort, me baisant comme je n'avais jamais été baisée auparavant. Il a crié "Oh merde".

J'ai gémi en ressentant à nouveau mon propre orgasme. Il a reculé, se retirant de moi. Il a retiré le préservatif et son sperme a jailli comme une putain de fusée. Je l'ai regardé pomper le reste de son sperme sur le sol.

"Incroyable, bébé". Il s'est penché vers moi et m'a embrassée. Nous avons entendu le barman appeler tout le monde à descendre. Je boutonnai ma chemise mais ne me donnai pas la peine de mettre ma culotte. Ty s'habilla et nous descendîmes en nous tenant la main.

J'ai trouvé Mélanie dans la foule cette fois-ci. Elle avait l'air décoiffée et semblait avoir fait l'amour. Je me suis approché d'elle, j'ai passé mes bras autour de sa taille et j'ai murmuré "Merci".

Elle s'est retournée et a souri : "Je savais que tu aimerais ça. Qui as-tu eu jusqu'à présent ?"

J'ai souri en retour, "Damon pour une pipe et Ty pour la meilleure baise de ma vie".

"Ty est incroyable, n'est-ce pas ? J'adore l'avoir." Mélanie s'est retournée vers le barman.

"Ok, c'est le dernier tour du jeu. Cette fois, c'est l'autre groupe qui choisit les noms. C'est parti !"

J'ai attendu et regardé les gens se lever et tirer des noms. Je n'en revenais pas de l'impatience que je ressentais en attendant que quelqu'un tire le mien. Soudain, j'ai entendu une voix appeler mon nom. C'était une femme. Oh, mon Dieu ! Je n'y avais pas pensé. Je me suis approché lentement du bar et j'ai regardé la femme qui avait tiré mon nom. Elle était belle. Blonde, petite mais avec une poitrine qui ferait honte à Mae West.

En lui tapant sur l'épaule, j'ai dit : "C'est moi." Elle a souri et m'a pris la main.

Nous sommes sortis sur la terrasse, en direction de la piscine. Elle s'est arrêtée sur une des chaises longues et m'a dit : "C'est bon ?"

"Bien sûr", je l'ai regardée à nouveau, cette fois en ressentant une nouvelle forme d'excitation. Je me sentais attiré par elle. "Je pense qu'il faut que tu saches que je n'ai jamais fait ça avant. Je n'ai jamais fait ça avant, je veux dire, je n'ai jamais été avec une femme avant."

Prenant ma main dans la sienne, elle a dit doucement : "C'est bon. Je serai gentille. Tu veux savoir ce que dit le journal ?" J'ai hoché la tête : "Je suis censée te lécher." Me lécher ! Oh, mon Dieu ! "C'est bon ?" J'ai à nouveau hoché la tête.

Elle a glissé sa main le long de mon bras et a fait un petit pas en avant. Je pouvais sentir son parfum et cela m'excitait encore plus. Elle a déboutonné mon chemisier et a embrassé mon ventre avec de petits baisers papillons. J'ai senti ses mains sur mes cuisses et j'ai baissé les yeux. Elle caressait l'intérieur de mes cuisses et ses doigts ouvraient doucement mes jambes.

"Pourquoi ne t'assieds-tu pas ? dit-elle doucement.

Je me suis assise sur la chaise longue et elle s'est agenouillée devant moi. Elle a gardé ses yeux sur les miens pendant que ses mains faisaient glisser ma jupe vers le haut. En regardant vers le bas, elle a souri en voyant que je n'avais pas de culotte, car j'avais laissé la culotte en coton à l'étage.

"J'adore les chattes rasées. C'est tellement plus érotique et excitant". Elle s'est penchée et j'ai senti sa langue sur ma chatte très sensible. Sa langue était douce contre mes lèvres, me séparant doucement. J'ai ouvert plus grand mes jambes et j'ai regardé sa langue passer sur mon clitoris.

"Est-ce que ça te fait du bien ? Tu aimes ça ?", a-t-elle chuchoté contre mon monticule.

"C'est tellement bon ! Oh mon Dieu, c'est si bon ! Je gémis.

Sa langue entrait et sortait de ma chatte. Avec un doigt, elle taquinait mon clito en même temps qu'elle suçait. Je gémis à nouveau. Elle savait exactement ce que j'aimais ! Son doigt a commencé à me baiser plus vite et sa bouche s'est refermée sur mon clito et l'a sucé plus fort. J'ai gémi et j'ai rué, sa bouche aspirant jusqu'à la dernière goutte.

En souriant, je pouvais voir mon jus sur son visage au clair de lune. Elle m'a embrassée. "La prochaine fois, j'espère que tu tireras mon nom. J'adorerais jouir pour toi". Elle m'a embrassé à nouveau.

Nous nous sommes redressés et sommes retournés à l'intérieur. Le groupe se réunissait à nouveau et le barman se tenait à nouveau sur le tabouret du bar. J'ai trouvé Mélanie et je me suis placé à côté d'elle. "Tout le monde a accompli trois missions et d'après tous les gémissements, je dirais que tout le monde a réussi. Maintenant, faisons la fête sérieusement." Je n'ai pas été surpris lorsqu'il a enlevé son caleçon et que sa bite dure a jailli. Tout le monde autour de moi a commencé à se déshabiller.

J'ai regardé Mélanie, qui avait déjà enlevé son haut pour révéler ses seins magnifiques. En riant, je me suis déshabillée à mon tour. "Eh bien, chérie, que penses-tu de cette fête maintenant ?"

Debout, nu, avec une trentaine d'autres personnes nues que je n'avais jamais rencontrées auparavant, j'ai ri : "Je pense, Mélanie, que je vais lécher ta chatte jusqu'à ce que tu t'évanouisses et ensuite je vais me baiser d'autres bites !" Quelle façon d'évacuer le stress ! C'est bon d'avoir des amis !

D'autres récits porno qui vont vous intéresser